LE FIL

Le baclofène autorisé !

Jeudi 26 avril 2012 par Michel Rémondat

Le baclofène autorisé !

Depuis 2010, Vitisphere a attiré votre attention sur le potentiel d’un vieux médicament pour le traitement de l’alcoolisme. Peu de réactions de la part de nos lecteurs, ou des dirigeants professionnels de la filière. Mais l’occasion de rendre hommage à une exception, Pierre Leclerc, ancien directeur du Comité Economique des Vins du Sud-Est (CEVISE), pour son infatigable activité aux côtés des premiers médecins et chercheurs qui ont vu l’intérêt de ce médicament.

Cette semaine, l’agence du médicament (AFSSAPS) a autorisé l’utilisation du baclofène pour le traitement de l’alcoolisme. Pour 3 raisons c’est,  un évènement important pour les métiers de la filière vins et spiritueux :

- Si l’utilisation sous contrôle médical du baclofène confirme les résultats des premiers essais 60% de succès, alors au-delà du plaisir de vivre retrouvé, pour tous les alcooliques et leurs proches,  on se réjouira des économies réalisées par la sécurité sociale,

- Le baclofène ayant un effet positif sur les addictions, alors on peut penser que le budget (faramineux) de l’ANPAA  fondra comme neige au soleil. Une bonne nouvelle pour le contribuable.

- Enfin, si le vin est source de plaisir, de convivialité, d’émotions, de culture, nous savions aussi qu’il était parfois  source de douleur, de détresse, de longue maladie. C’est donc un soulagement de savoir que cette conséquence de nos métiers sera moins inéluctable !

Le baclofène est autorisé mais la filière vins et spiritueux ne doit pas abandonner ses missions d’éducation, de modération : savoir boire, pour savoir vivre.

 

A propos du baclofène, lire ou relire dans Vitisphere :

En 2011 :

Les déclarations d'Oliver Ameisen (médecin et fervent défenseur du baclofène) suite à un interview pour la TV française.

L'annonce des premières expérimentations européennes sur le produit.

Un dossier sur l'importance des doses du traitement.

En 2010 :

Les premières "preuves" d'efficacité du baclofène pour traiter l'alcoolisme.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
CINQUIN Le 27 avril 2012 à 11:20:17
Bonjour, je ne suis pas expert mais j'espère vraiment que ce médicament saura nous aider à résoudre le vrais problème de l'alcoolisme. Personnellement j'ai vendu du vin toute ma vie , j'aime le vin et je le respecte, et n'ai pas de dépendance mais je sais que c'est une maladie grave et destructrice alors si ce médicament pouvait nous aider je ne peux qu'applaudir. Sans mettre en cause les organismes de lute contre l'alcoolisme et leur dévouement, mais si la réduction de l'alcoolisme devenait si efficace qu'ils deviennent inutile je ne trouverait pas cela regrettable, pas plus si les bureaux des pôle emploi le devenaient faute de chômeurs mais on peut rêver bien à vous Jean Cinquin Var
migor Le 27 avril 2012 à 09:32:41
Votre éditorial va un peu vite en besogne et il aurait fallu écrire "le baclofène autorisé au cas par cas par l'Afssaps" Le site du Figaro résume bien la situation : http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/04/25/18085-baclofene-autorise-contre-lalcoolisme-cas-par-cas En effet ce médicament n'est pas un myorelaxant anodin et il a des indications bien précises en neurologie dans la sclérose en plaques ou chez les paraplégiques. Dans le cadre de l'alcoolo-dépendance il est utilisé à des doses bien plus élevées avec donc des risques qui n'ont pas été évalués à ce jour. Avant qu'une AMM (autorisation de mise sur le marché) puisse lui être délivrée dans cette nouvelle indication, le baclofène devra d'abord faire la preuve de son efficacité par un essai clinique en double aveugle avec comparaison à un placebo et une surveillance des effets nocifs ou indésirables delon les doses devra être mise en place (connaissance du profil de sécurité d'emploi du baclofène dans cette nouvelle indication). En bref, un espoir de pouvoir traiter efficacement plus de victimes de l'alcoolisme mais pas la panacée. Enfin c'est quoi cette pique à l'égard de l'ANPAA ? Au regard de ses missions et du nombre de salariés son budgt ne me paraît pas exagéré (50 Meuros en 2010), pourriiez-vous développer et argumenter ? Cordialement, MIG
guillemet Le 26 avril 2012 à 18:47:53
Je ne crois as une seconde à une diminution drastique du budget de l'ANPAA.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé