LE FIL

Le volume sonore attenue la perception de l'alcool

Vendredi 23 décembre 2011 par Lucile Pinault

Le volume sonore attenue la perception de l'alcool

Il y a un mois, le très sérieux British Journal of Psychology révélait que la musique influençerait le goût du vin notamment des bonnes bouteilles : un vin "puissant et lourd"  à l'écoute de Carmina Burana de Carl Orff, La Valse des fleurs du Casse-Noisette de Tchaïkovski, le rendrait "subtil et raffiné", ou deviendrait à l'écoute de Nouvelle Vagie, comme la musique du groupe, "acidulée et rafraîchissante"...
Mais selon une autre étude britannique, plus la musique est forte, moins l'attention est portée sur le verre, et sur le taux d'alcool consommé. Réalisée à l'université de Portsmouth et révélée le 15 décembre dernier, l'enquête portait sur quatre-vingt personnes : les participants ont dû classer les boissons à l'aveugle en fonction de leur teneur en alcool, douceur et amertume, dans un environnement sonore baigné par de la musique, des infos, les deux ou le silence. Résultat : en présence de musique ou d'informations (télé ou radio), les participants ont eu plus de mal à évaluer la quantité d'alcool des verres. Et ils ont trouvé les boissons beaucoup plus sucrées en présence de musique. Le site La Parisienne reprend les propos de Lorenzeo Stafford, le chercheur en charge de l'étude : "Comme les humains ont une préférence innée pour le sucré, ces résultats pourraient expliquer pourquoi on a tendance à consommer plus d'alcool dans un environnement bruyant. […] C'est une étude menée à petite échelle, mais elle présente de nombreuses implications pour les personnes qui boivent de l'alcool dans des environnements bruyants, mais aussi pour les bars, l'industrie des boissons alcoolisées et les autorités locales."
 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé