LE FIL

La cote des grands vins de France, un outil pour acheter plutôt que spéculer

Jeudi 06 octobre 2011 par Vitisphere

La cote des grands vins de France, un outil pour acheter plutôt que spéculer

Alain Bradfer (ancien journaliste économique, actuel journaliste du vin, et nouveau vigneron dans les Corbières depuis huit ans) et Yves Legrand (spécialiste de l’entreposage des grands vins dans ses crayères d’Issy les Moulineaux) viennent de sortir la 18ème édition de la Cote des grands vins de France (Hachette Vins, 29,9€). Elle répertorie 60 000 bouteilles habituées des ventes aux enchères, surtout des grands crus de Bordeaux, Bourgogne, Rhône, Champagne et quelques autres (Grange des Pères, Trévallon, Coulée de Serrant…) dans une grande série de millésimes (80 pour Pétrus).

 

Pour chaque bouteille, le livre indique la qualité du vin, ses capacités de conservation, et bien sûr son prix. Celui-ci est issu d’une moyenne réalisée uniquement si les auteurs disposent d’au moins quatre transactions pour le vin en question, après élimination de la plus basse et de la plus haute. Chaque année sont passés en revue les prix après enchères de 90 000 lots, issus de ventes ayant eu lieu en France, Angleterre, Pays-Bas, Suisse et Allemagne.

 

Le but des auteurs est que cet ouvrage de référence soit plus utile à donner à l’amateur une idée de l’état d’un vin donné à un millésime donné, et du bon prix qu’il faut le payer, plutôt que de servir de base à des intentions spéculatives. Selon Alain Bradfer, qui a calculé le rendement moyen annuel de l’achat en primeur pour les dix derniers millésimes de crus très connus, l’investissement spéculatif dans le vin n’est pas aussi intéressant qu’on se l’imagine parfois. A part pour Château Lafite-Rotschild (18,5% de rendement annuel en moyenne), et surtout les Carruades de Lafite (27,9%), qui jouissent aujourd’hui des faveurs du marché asiatique, les performances de l’investissement sont moindres pour Château Latour (10,7%) ou Mouton Rothschild (7,9%) et l'Angélus (3,4%). Les achats de Haut Marbuzet (1,8%) ou Pape Clément (0,8%) en primeur ont un rendement inférieur à celui du livret A.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé