LE FIL

Le Guide Bettane & Desseauve 2012 décortiqué

Mardi 06 septembre 2011 par Lucile Pinault & Anne Serres

Le Guide Bettane & Desseauve 2012 décortiqué

Michel Bettane et Thierry Desseauve (et leurs collaborateurs) ont dégusté de quoi remplir les 1 000 pages et plus de leur Guide Bettane & Desseauve des vins de France 2012 (il ne faut plus dire Le Grand guide des vins de France comme pour l'édition 2011). Sa sortie sonne la rentrée des livres références en la matière, à la veille des multiples foires au vin.

En introduction, le célèbre duo décerne le titre d'Homme de l'année à une femme, Christine Vernay du domaine rhodanien Georges Vernay (son père). C'est l'occasion de découvrir l'histoire et la belle évolution de ce domaine de l'appellation Condrieu, né en 1940, maison familiale par excellence, avec sa première cuvée créée par le grand-père, le domaine développé par le père et aujourd'hui tenu par cette ancienne enseignante de l'ENA qui a commencé à vinifier seule à partir de 1997.

Plus de prix des lecteurs, mais toujours la révélation de l'année, attribuée pour 2012 au Château de Seguin. Le guide rappelle la lutte des vignerons devenus banlieusards avec l'urbanisation du sud de Bordeaux et de Léognan (où est situé le domaine), alors que la propriété y produit du vin depuis le XIXe siècle. Ce domaine bordelais à l'équipe soudée autour d'une famille d'entrepreneurs du cru, les Darriet, est monté en grade grâce à l'investissement du groupe immobilier Foncière Loticis. Il conserve un mérite majeur : ses "prix restent très abordables".

Bettane et Desseauve militent également pour le Marsannay, en côte de Dijon, désigné l'appellation de l'année. Pour les auteurs, l'INAO devrait la faire entrer dans le classement premier cru de Côte de Nuits.

Après un rouge Côtes-du-rhône village Rasteau en 2011 (domaine Gourt de Mautens, millésime 2007), le vin de l'année 2012 est cette fois un champagne, le brut réserve de Charles Heidsieck. Un éloge aux nouveaux propriétaires de la marque, la famille Descours, pour le brut millésimé et le rosé non millésimé. Finesse, fraîcheur, raffinement,... des atouts qui placent ce brut au "panthéon" des bulles, grâce notamment à un homme, le chef de cave Régis Camus.

Enfin la rubrique "Vive la civilisation du vin !" se consacre aux blogs, qui – selon l'auteur du texte qui n'est autre que le blogeur de Bon vivant, Nicolas de Rouyn – pourraient bientôt se substituer à la presse spécialisée. Internet serait bien le cinquième pouvoir, explique le blogueur, une capture d'écran de son blog à l'appui de sa démonstration. "Une étude récente vient de mettre en lumière le pouvoir des blogs. On y lit que les vingts premiers blogs des Etats-Unis ont autant d'influence que Wine Spectator".

Le lecteur embarque pour un voyage dans les différents vignobles de France. Les domaines cités sont précédés d'un état des lieux actuel de chaque vignoble. Quelques exemples : le Beaujolais se voit redorer le blason, le Bordelais n'échappe pas à la polémique sur les primeurs dont Bettane s'était fait le porte drapeau, on retrouve une flambée des prix en Champagne, "la success story du vignoble français..." mais "jamais ce produit n'a été d'une qualité homogène et maîtrisée". Ce tour de France des vignobles fait autant tourner la tête au lecteur qu'il donne l'eau à la bouche et l'envie de déguster et de se constituer une cave.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé