Accueil / Commerce/Gestion / Métier caviste : Le développement de Lavinia passera par les centres commerciaux

Métier caviste : Le développement de Lavinia passera par les centres commerciaux

Par Vitisphere Le 12 février 2011
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Métier caviste : Le développement de Lavinia passera par les centres commerciaux
L

e groupe de vente de vin Lavinia (chiffre d’affaires 2010 de 40 millions d’euros, 200 personnes) va ouvrir au moins de mars 2011 une deuxième adresse en France, qui sera sa dixième dans le monde. Le magasin de 260 mètres carrés sera situé dans le centre commercial le CNIT du quartier de la Défense à Paris. Il regroupera 1000 références de vin, soit une offre six fois plus resserrée que le magasin du quartier de la Madeleine à Paris, ouvert en 2002.

Le directeur général adjoint du groupe, Yannick Branchereau, qui est fils de vigneron, a indiqué que cette ouverture s’inspire du magasin ouvert en 2008 dans un centre commercial de Madrid, et que « les résultats de ce magasin du CNIT vont être importants pour le déploiement de notre concept en France ». Pour Jean-Marie Tritant, directeur général des centres commerciaux France de la société Unibail-Rodenco, qui gère le CNIT, l’arrivée de Lavinia s’insère dans la volonté d’accueillir des enseignes qui ont « une façon différente de vendre un produit que l’on connaît déjà. »

Les magasins Lavinia se sont distingués par un concept original, qui allie la surface d’un grand magasin, une sélection de vins très pointue (11000 nouvelles références de bouteilles chaque année) ainsi qu’une façon de les présenter (lumière, température, conservation, conseil) dignes d’un bon caviste de quartier. Une sophistication qui paye, puisque le chiffre d’affaires France de 2010 a crû de 9% (13,5 millions d’euros pour 1 million de bouteilles), et qu’une croissance d’au moins 15% est attendue pour cette année. Mais une sophistication qui coûte cher aussi, puisque les comptes du magasin de la Madeleine ne sont équilibrés que depuis 2010. Pour Yannick Branchereau, le magasin du CNIT devrait être rentable plus rapidement, en cinq à six ans, et sera aussi « un point avancé de la promotion de la marque au sein des entreprises. »


 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé