Accueil / / Avis d'Expert : une étiquette pour le marché chinois

Avis d'Expert : une étiquette pour le marché chinois

Par Vitisphere Le 17 mai 2010
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Avis d'Expert : une étiquette pour le marché chinois
L

'exportation des vins vers la Chine n'est pas chose facile. Les producteurs rencontrent des difficultés comme la barrière de la langue, des différences d'habitudes culinaires, la méconnaissance du marché local, les particularités du négoce chinois et des exigences en matières de créations d'étiquettes. Nos vignerons savent combien il est difficile de vendre du vin quand une telle barrière sépare le français du chinois : ils oublient souvent que les chinois ont réellement besoin de « lire » nos étiquettes malgré cette barrière. D’où l’importance, au-delà des mentions douanières et obligatoires de créer ou d’adapter des étiquettes destinées au marché chinois.

Que cherchent-ils ? Ils cherchent le reflet de l'image de la France- symbole du luxe, de l'élégance et de l'excellence. Les étiquettes doivent correspondre aux rêves des Chinois qui adorent l'Histoire, les vieux châteaux et domaines, des vieilles vignes, des villages avec leurs clochers de l'église... En somme ce dont les Chinois rêvent et qu’ils ne possèdent pas.

Que veulent-ils ? Ils veulent trouver des arguments de vente auprès de leurs propres clients et ont besoin d’histoires à raconter. De plus ils associent le vin français et les codes couleurs des chinois . Le vin est rouge, c'est tant mieux ! Car c'est la couleur fétiche des chinois pour des fêtes et partage de la joie.

Que voient-ils au travers d’une étiquette ? Ils veulent voir une vieille France tout en ignorant nos méthodes de travail modernisées. Considérons que les Chinois sont des clients particuliers ( peu connaisseurs ) :l'esprit de l'étiquette doit avoir une valeur bien plus grande que celle de son contenu. Nous voyons souvent en Chine des vins d'entrée de gamme avec des étiquettes magnifiques et très soignées. Sinon les consommateurs risquent de ne pas saisir la bouteille. En général ils font confiance aux vins français qui ont une bonne réputation de qualité. Par ailleurs ils espèrent être plus proches de nos modes de vie à travers une petite étiquette…

Je constate, à travers mes tournées commerciales, que les clients vont vers des bouteilles avec des étiquettes généreuses (grand format), joyeuses (couleurs chaudes et dorées) et élégantes (style à l'ancienne). En revanche, ils laissent de côté une bouteille sans dessin ou image trop discrète. Il faut savoir aussi que s'offrir une bouteille de vin français en Chine reste un grand luxe pour la plupart des consommateurs. Quand ils ont une jolie bouteille entre les mains, beaucoup d'entre eux gardent même des bouteilles vides comme souvenirs.

Pour les viticulteurs désirant prospecter le marché chinois, je vous recommande de mettre en avant vos histoires, terroirs et passions dans l'étiquette de votre vin. Les chinois saurons apprécier vos efforts en matière de communication.
« Mais ils ne comprennent pas le français, ces chinois ! » C'est vrai mais ils sont capables de décortiquer vos messages à travers les étiquettes. Nous devons fournir des efforts en créant des étiquettes pour les aider à mieux comprendre nos produits. Après tout nous avons plus d'histoires à raconter que les producteurs du Nouveau Monde !
Soyez fiers de vos étiquettes classiques et traditionnelles et sachez qu’il est possible d'adapter vos anciennes étiquettes en rajoutant un bandeau ou en changeant la forme d'étiquette ou des couleurs pour plaire aux chinois sans nécessairement tout chambouler.

L'écriture calligraphiée, les dates de création des caves, numéros de série des grandes cuvées, signatures personnalisées des producteurs, voilà autant d'éléments intéressants et attirants pour les Chinois.
Grâce aux premiers vins importés depuis Bordeaux, les Chinois considèrent le style bordelais comme une référence, alors que les autres régions productrices n'ont pas (encore) réussi à imposer le leur en matière d’étiquette.

Voici un exemple d’étiquette adaptée au marché chinois, à la fois chaleureuse et traditionnelle :
 


Dans vos adaptations, retenez également quelques chiffres à éviter, notamment le chiffre 4 (« si » en chinois, même prononciation que "la mort") ou 250 ( « er bai wu », qui signifie "imbécile" en language populaire).
De même, vous savez peut-être déjà qu’il faut éviter le blanc, associé au deuil. Sachez également que la couleur verte est associée aux yeux vert du Diable ou aux produits verts (Bio, fruits et légumes, cosmétiques) et se prête mal aux associations avec le vin.

Par notre Expert, Nan Ping GAO

 
 
 
 
Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé