LE FIL

Champagne

25 % du vignoble protégé de la tordeuse de la grappe par confusion sexuelle

Lundi 03 mai 2010 par Vitisphere

Sur 33 106 hectares en production en Champagne, 9000 hectares seront protégés des tordeuses de la grappe par confusion sexuelle à partir de cette saison (pour relire notre article sur cette méthode complémentaire de protection du vignoble, cliquez ici). C'est un engagement fort pour la Champagne, dont 25% du vignoble est donc aujourd'hui protégé par cette méthode. A l'échelle du vignoble français, 18 000 hectares étaient protégés par confusion sexuelle en 2009 ; "Ce chiffre sera porté à 21000 ha en 2010, dont environ 40% en Champagne, donc", précise Jean-Marc Petat, pour BASF AGRO, créateur des RAK. Le vignoble champenois fait figure de pionnier en France, où la confusion sexuelle concerne moins de 2 % du vignoble, alors qu'elle protège 60 % du vignoble allemand. 

Pour être efficace, la confusion sexuelle doit couvrir une surface suffisante : inutile de brouiller la piste des femelles sur un hectare si les mâles peuvent reprendre leur trace un peu plus loin. Il faut donc travailler sur un minimum de 5 hectares avec la mise en place de 500 diffuseurs par hectare. Et donc, dans les vignobles morcelés, la confusion sexuelle ne peut passer que par un projet collectif de protection couvrant l’ensemble des parcelles.

Le Conseil général de la Marne et l'Interprofession des vins de Champagne ont donc uni leurs forces pour "séparer les papillons nuisibles et rapprocher les vignerons", selon la jolie formule du communiqué. "En Champagne, tous les ingrédients sont réunis pour que la technique fonctionne : un réseau viticole structuré, des viticulteurs motivés, jouant la carte de la « communauté de lutte » et non l’individualisme, une seule interprofession fédérant l’action et participant au suivi technique."

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé