Accueil / / Avis d'Expert de Gregory Autin (Observatoire Viticole de l'Hérault): "Le marché mondial du vin en vrac : une piste d'avenir ?"

Avis d'Expert de Gregory Autin (Observatoire Viticole de l'Hérault): "Le marché mondial du vin en vrac : une piste d'avenir ?"

Par Vitisphere Le 19 avril 2010
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Avis d'Expert de Gregory Autin (Observatoire Viticole de l'Hérault):
G

regory Autin, de l'Observatoire Viticole du Conseil général de l'Hérault, évalue les possibilités de développement du marché mondial des vins en vrac et les opportunités sur ce marché pour les vins français en général et languedociens en particulier : 
"Environ 20% de nos volumes de vins français tranquilles sont exportés sous forme de vrac, contre 53% pour

l’Espagne, 33% pour l’Italie, 40% pour le Chili, 30% pour l’Argentine, 50% pour l’Afrique du Sud, 47% pour les USA, 39% pour l’Australie et 25% pour la Nouvelle-Zélande en 2009. Alfredo Coelho a présenté lors de la soirée de l’Observatoire Viticole du Conseil général de l’Hérault, le mardi 30 mars, les données économiques qui pouvaient être réunis sur ce sujet du marché mondial du vin en vrac. Cette présentation est consultable sur le site de l'Observatoire Viticole de l'Hérault.


Cette forme de commercialisation du vin au niveau mondial présente de sérieux atouts : réduction des émissions de CO², coûts de transports moindres, fiscalité plus attractive…mais aussi, des points faibles comme une forte volatilité des prix, les faibles marges qui peuvent être dégagées, la perte d’emplois dans un bassin de production où on transfère le conditionné vers le vrac…Daniel Murphy, de Murphy Wine Company, estime le potentiel du marché mondial du vin en vrac à 168 millions d’hectolitres. Jane Master nous a fait part lors de cette soirée de la vision des acheteurs anglais, et en particulier des embouteilleurs. Le travail des assemblages, l’envoi d’échantillons en bon état, dans les délais demandés et avec une identification correcte sont des facteurs importants pour réussir à établir des relations commerciales durables avec un conditionneur. Des marchés sont régulièrement perdus pour des mauvaises raisons…


Les producteurs languedociens commercialisent environ 70% de leur production de vin en vrac. Le vignoble du Languedoc a diminué de plus de 165 000 hectares au cours des 30 dernières années. La récolte 2009 a baissé de 7% par rapport à la récolte précédente, déjà historiquement faible. Daniel Murphy estime que 59% de la récolte 2009 a été vendue à fin décembre 2009, soit 13% de plus qu’en 2008 pour la même période. Avec les arrachages définitifs qui continuent en Languedoc, ne va t-on pas manquer de vins en Languedoc et passer sous la barre des 10 millions d’hectolitres de production ? Pour le Languedoc, comme l’a montré Laurent-Emmanuel Migeon, directeur d’EVOC, la commercialisation du vin en vrac, pour que celle-ci soit rémunératrice, nécessitera des adaptations : hausse des rendements et/ou diminution des coûts de production pour les cépages internationaux notamment. Le Languedoc, qui possède de nombreux atouts, devra passer, pour relever ce défi du marché mondial du vin en vrac, par la spécialisation de ses vignobles et une écoute très attentive du marché."

 

 

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé