Accueil / Commerce/Gestion / Avis d'Expert : Angélique de Lencquesaing (iDealwine) : « Il va falloir tenter de résister à la frénésie qui va s'emparer du marché durant la campagne des primeurs »

Avis d'Expert : Angélique de Lencquesaing (iDealwine) : « Il va falloir tenter de résister à la frénésie qui va s'emparer du marché durant la campagne des primeurs »

Par Vitisphere Le 12 mars 2010
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Avis d'Expert : Angélique de Lencquesaing (iDealwine) : « Il va falloir tenter de résister à la frénésie qui va s'emparer du marché durant la campagne des primeurs »
l
laquo; Dès lors que l’on évoque le millésime 2009, toutes régions confondues, les qualificatifs les plus élogieux se succèdent. Mythique, exceptionnel, du jamais vu. Certes. Mais du jamais vu depuis quand ? Pourra-t-on rejouer une seconde fois le scénario de 2005 (…) ? Nombre de grands Bordeaux n’ont pas encore retrouvé un niveau de cours correspondant à leur prix de sortie », s’interroge Angélique de Lencquesaing, pour iDealwine.

Créé en 2000 par trois anciens d’Euronext (Bourse de Paris), iDealwine suit à la loupe le marché bien spécifique des enchères du vin depuis dix ans et dispose de données qui permettent une mise en perspective unique du cours des grands crus (de Bordeaux et d’ailleurs). Le site propose en outre une plate-forme sécurisée d’achat et de revente de grands crus, assorti d’outils de gestion de cave et notamment de la cote iDealwine, qui comprend 60.000 références, 3 millions de cotations et une fiche par vin.
En 2009, iDealwine a couvert 250 ventes en France et à l’étranger et émet un document de synthèse et d’analyse des résultats de ces ventes, bien utile à l’approche du début des ventes en primeur à Bordeaux.

On y apprend que les grands crus bordelais affichent une chute des ventes de 12 % sur 2009 ; c’est la plus forte chute en ce qui concerne les ventes aux enchères enregistrées en 2009. Les vendeurs ont du consentir des baisses de prix significatives. « Cependant, l’assainissement enregistré en 2009 sur les grands crus de Bordeaux n’est peut-être pas terminé. Les « petits » millésimes n’ont sans doute pas fini de souffrir (1999, 2002…). Les plus réussis ont accusé en 2009 des baisses parfois vertigineuses et, pour eux en revanche, le plancher est peut-être atteint », précise Angélique de Lencquesaing. Et c’est peut-être de ce côté qu’il faut chercher de bonnes affaires…

Alors à quoi faut-il s’attendre pour les primeurs du millésime 2009 ? Le millésime a d’ores et déjà une telle réputation que certains opérateurs revendent dès maintenant des millésimes plus anciens et plus difficiles à valoriser pour acheter du 2009. Une chose semble sûre : la demande sera là. « La demande reste solide, notamment en France. Elle émane d’une clientèle qui n’est pas exclusivement asiatique. Si le marché américain reste frileux, les amateurs européens répondent présents. Et il faut également compter avec une demande qui continue à se développer en Russie, et désormais aussi en Inde », déclare Angélique de Lencquesaing, qui conseille de garder la tête les épaules : « Il va sans doute falloir tenter de résister à la frénésie qui va s’emparer du marché durant la campagne primeurs soigneusement entretenue par les medias… et derrière eux les domaines. La récolte ayant été généreuse, les vins ne seront pas tous introuvables.Il importe de bien étudier les prix de sortie, sans hésiter à les comparer, par exemple, aux cours actuels des 2005 ou d’autres grands millésimes »
Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé