LE FIL

Vendanges 2009

On recrute toujours !

Lundi 24 août 2009 par Vitisphere


Les campagne de recrutement de vendangeurs battent leur plein : la crise n'arrête pas la vendange, au contraire. Les candidats ne sont plus seulement des étrangers et/ou des curieux de la vigne, on compte cette année une proportion accrue de chômeurs, étudiants et salariés désireux d'arrondir les fins de mois, originaires de la région. Le système est notamment très intéressant pour les bénéficiaires du RSA, qui peuvent cumuler leur allocation avec le revenu des vendanges. Le producteurs gagnent aussi avec ces candidatures locales qui ne leur imposent pas de fournir le gîte et le couvert.

La rémunération minimale des coupeurs est fixée au SMIC brut, soit 8,82  €/h, et les journées de travail ne doivent pas dépasser 8h30. Marc, 51 ans, au chômage depuis quatre ans et bénéficiaire du RSA, a décroché un poste de "coupeur" dès le premier entretien : "J'ai calculé que je pouvais gagner 700 euros en dix jours de vendanges, sans perdre mon allocation, ça va faire du bien"

En Champagne et en Beaujolais, où les vendanges se font exclusivement à la main, les campagnes de recrutement peuvent être massives, comme celle lancée par le pôle Emploi Rhône-Alpes à Villeurbanne (Rhône) pour pourvoir aux besoins des producteurs : 10 000 emplois sont à prendre. Les 3000 exploitations du Beaujolais auraient besoin en tout de 50 000 personnes pour les vendanges. Le pôle Emploi Rhône Alpes indique également qu'on recherche un millier de vendangeurs en Savoie, 200 en Diois, d'autres dans le Nyonsais et la région de Pierrelatte, et enfin 200 dans le Pélussinois, dans la Loire.
.
En Alsace, on recherche 14 000 vendangeurs à partir du 1er septembre.

En Champagne, le pôle Emploi d'Epernay a installé son Point Vendanges à la sortie de la gare pour être le lieu de rendez-vous des vendangeurs et des viticulteurs et continuer le recrutement : « Nous avons encore 1 902 postes vacants. En tout 2 980 offres nous sont parvenues », indique Patrice Marinho, conseiller pour l'emploi, au quotidien l'Union. « Cette année, il y a une augmentation de nombre de postes payés à la tâche, plutôt qu'à l'heure. Ils représentent 70 % des offres, contre environ 60 % l'an passé ». 15 % seulement des postes proposés sont logés, contre 25 % par le passé.

Le recrutement se poursuit dans chaque vignoble par l'intermédiaire du site internet du Pôle Emploi de la région concernée mais aussi partout en France et dans le monde sur le site Vitijob.com.

Candidats, inscrivez-vous dans notre base de données de vendangeurs en cliquant ici.
Producteurs et recruteurs, consultez notre base de données de vendangeurs en cliquant ici.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé