Accueil / Commerce/Gestion / Bordeaux : derrière le prestige des grands crus, la gamme se restructure.

Bordeaux : derrière le prestige des grands crus, la gamme se restructure.

Par Vitisphere Le 13 mars 2009
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Bordeaux : derrière le prestige des grands crus, la gamme se restructure.
E

En 2008, les ventes de Bordeaux ont été marquées par une stagnation des volumes (-1%) et une augmentation de la valeur (+13%). Un paradoxe expliqué par la commercialisation à des prix élevés des primeurs de 2005. En Angleterre ou aux Etats-Unis, la situation est flagrante : respectivement –7% et –3% en volume, +47 et +26% en valeur.
Comme l’affirme Georges Haushalter, vice-président du CIVB et président de la fédération du négoce girondin, « nous commençons 2009 avec la même inquiétude que les opérateurs économiques, mais nous avons la chance de sortir d’une période extrêmement favorable. »
Ce qui n’empêche pas la filière de devoir régler des problèmes de gamme, de segmentation et de qualité auxquels sont confrontés tous les vignobles français. D’une part, le vin de pays de l’Atlantique représente aujourd’hui une production de 20 000 hl. D’autre part, l’AOC Bordeaux est en attente de l’acceptation par l’INAO d’un nouveau cahier des charges qui remonte les densités de plantation de 2000 à 3300 pieds à l’hectare.

Enfin, le 10 mars a été acceptée par l’INAO la nouvelle AOC Côtes de Bordeaux, issue du regroupement des Côtes de Castillon, côtes de Francs, côtes de Blaye et Premières côtes de Bordeaux. Cette nouvelle appellation représente un potentiel de production de 700 000 hl, et sa densité minimale a été fixée à 4500 pieds/ha.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé