Accueil / Commerce/Gestion / Avis d'Expert : Paul Chartrand, PDG de Chartrand Imports (Maine, USA) : "Faites passer vos messages sur votre étiquette"

Avis d'Expert : Paul Chartrand, PDG de Chartrand Imports (Maine, USA) : "Faites passer vos messages sur votre étiquette"

Par Vitisphere Le 28 janvier 2009
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Avis d'Expert : Paul Chartrand, PDG de Chartrand Imports (Maine, USA) :
I

Importateur spécialisé dans les vins bio, Paul Chartrand a du mal à affronter la concurrence des vins organiques américains "Le système de labellisation aux Etats-Unis est complexe et flou pour le consommateur. Les producteurs s'attachent à convaincre ce dernier sur leur étiquette et non via un label qui ne veut pas dire grand chose pour eux. Ils sont en outre mieux positionnés côté prix."
 


Paul Chartrand au Salon Millésime Bio (Montpellier, 26-28 janvier 2009)

Investir dans le label bio américain, le NOP, pourquoi pas ? "C'est très faisable et souhaitable, mais il y a un travail important à fournir sur l'étiquette qui est un facteur de décision d'achat qui dépasse de la cadre des vins bio. L'image du bio est brouillée aux Etats-Unis, il y a une vraie demande pour plus de transparence alimentaire et environnementale mais le consommateur ignore les repères. Un paquet vert et la mention sans sulfites suffisent à faire un produit bio dans la tête de beaucoup d'Américains. Une étiquette verte en papier recyclé où on explique que le vin est issu d'une agriculture respectueuse du bon sens convaincront beaucoup de consommateurs américains plus sûrement que le label NOP. Est-ce une bonne chose ? Non. Idéalement, les producteurs de vin biologiques devraient mettre un point d'honneur à vendre leur vin sous ce label. Mais pour le moment, nous n'avons pas atteint cet idéal.
En attendant, mon conseil c'est de faire une étiquette pour un vin et un marché. La tradition n'est pas à exclure en soi mais si on choisit une étiquette traditionnelle, il faut que le vin soit vendu avec le discours terroir et domaine familial qui va avec. La cohérence entre le produit et le visuel est capitale ; sans elle, le consommateur a l'impression qu'on essaie de le rouler. Ce n'est jamais bon, surtout pas dans l'alimentaire, surtout pas dans le vin et encore moins s'il s'agit de vin bio !
On fait passer beaucoup de choses sur le goût du vin sur l'étiquette. Des couleurs vives et on s'attendra à un vin sur le fruit avec des tannins doux. Avec du noir on s'attendra à un vin plus extrait et plus sérieux. Il faut savoir jouer avec ces sensations et ces codes pour ne pas trahir la cohérence de l'ensemble.
Il faut aussi se méfier de ce qu'un Français appelle "traditionnel", "vif", ou "sobre" et le confronter à ce qu'un Américain considère comme "traditionnel", "vif" ou "sobre". Voila pourquoi un producteur français gagnerait, à mon sens, à faire créer ses étiquettes américaines par un graphiste américain, si possible dans l'Etat où le producteur importe. Si vous le pouvez, choisissez un amateur de vin ! ".

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé