Accueil / Commerce/Gestion / Tendance : Foster's renonce au vin en vrac

Tendance : Foster's renonce au vin en vrac

Par Vitisphere Le 12 novembre 2008
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Tendance : Foster's renonce au vin en vrac
L

Les vins en cartons, en cubi puis en BIB, sont apparus en Australie à la fin des années 60, ils ont connu un formidable engouement dans les 70's, un pic dans les 80's, date à laquelle ils l'emportaient sur les vins embouteillés malgré leur faible marge. A partir de là ce fut plat, puis descendant et, en 2005, la courbe des ventes des vins embouteillés à dépassé celle des vins en vrac. Une étude du Citi Investment Group attribue cette évolution à une déconnexion progressive du vrac par rapport aux attentes du marché. Son image médiocre et pas chère lui a collé à la peau sans que les opérateurs cherchent à en changer pour accroître leurs marges.
Pour les producteurs australiens, des alternatives en bouteilles, comme des bouteilles plus légères ou des fermetures à vis, justifient qu'on y réfléchisse à deux fois. Côté fiscalité, une nouveau droit d'accise, volumétrique et donc très dommageable au BIB et à ses marges déjà faibles, devrait voir le jour. Les entreprises revoient donc leurs arbitrages et certaines abandonnent le vrac. C'est le cas du leader, Foster's, identifié par les auteurs de l'étude comme l'un des premiers à faire cette "sortie stratégique" du système vrac.

Troy Hey, porte-parole de Foster's, a déclaré que "en Australie, les vins en vrac sont catalogués "vins bas de gamme" et ne sont plus sources de profits. On observe au contraire une demande qui se tourne vers les vins en bouteille pour acheter moins de vin, mais du vin d'une meilleure qualité."

Incidemment, les résultats de l'étude de Citi sont parus au moment où Foster's cherche un repreneur pour sa branche vin mais a renoncé à vendre, faute de trouver un prix suffisant dans un contexte financier international peu propice à une transaction intéressante pour le groupe australien. Foster's pourrait vendre à ses actionnaires ou se défaire d'un certain nombre de marques bas de gamme, fussent-elles vendues en bouteille.

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé