LE FIL

Australie

Un «cybernose» à l’étude

Lundi 19 septembre 2005 par Vitisphere

Le centre de recherche australien sur les vins du CSIRO, travaille sur un projet de «nez bionic» pour l’analyse sensorielle des vins. Ce «cybernose» utiliserait des protéines de drosophiles et de nématodes. Les nématodes disposent d’un appareil olfactif presque deux fois plus développé que le nez humain. Les chercheurs du CSIRO ont déjà identifié les gènes responsables de ces récepteurs olfactifs et tentent de les reproduire de façon synthétique. Ils mènent également des recherches sur une drosophile (Drosophila melanosgaster), que l’on trouve souvent dans les caves, et qui a, elle aussi, un appareil olfactif très développé et habitué aux odeurs de raisins en fermentation et de vins. L’idée est donc d’isoler les gènes de ces récepteurs olfactifs très particuliers et de les introduire sur les nématodes. L’objectif est de modéliser ensuite ces éléments pour obtenir ce «cybernose», capable de détecter les substances présentes en infimes quantités dans les vins et responsables des différents arômes. Selon le Dr Stephen Trowell, responsable de ce projet, les recherches pourraient aboutir d’ici sept ans.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé