LE FIL

Gagner de la productivité

L'exemple de la taille minimale en Australie...

Vendredi 29 avril 2005 par Vitisphere

Le marché du vin (tranquille) est complexe, mais en le simplifiant à l'extrême, il est possible de distinguer deux types de marché. Le marché des "grands" vins soit environ 15% des vins vendus dans le monde, à un prix supérieur à 5 euros. Et puis un grand marché de vins allant du modeste vin de table jusqu'à des vins d'appellations ou de marques, connus. Sur ce marché la bataille est permanente : il faut produire bon, beau et pas cher... Les vins français ont longtemps occupé ce marché, bénéficiant de l'aura des grands crus français. Pour re-conquérir ce marché des vins d'en bas (attention c'est 85% des vins achetés !), 3 conditions sont nécessaires: - retrouver de la productivité, - maitriser les techniques de communication et de marketing - adapter le management des entreprises et des organisations professionnelles... Dans cette perspective, le professeur Alain CARBONNEAU relance dans le Progrés Agricole et Viticole 2005 (numéro 8) la taille minimale utilisée depuis plus d'un quart de siècle par les australiens. "La preuve est là : une vigne entretenue mais non taillée est durable et productive . De plus, la qualité des vins donnent des résultats attractifs pour des entrées ou des coeurs de gamme" indique Alain CARBONNEAU, et il ajoute "il est tout à fait possible dans le Sud de la France de conduire un vignoble en mécanisation intégrale en 50 heures/an/ha, et donc d'être trés compétitif sur les coûts de production". Partout ou il y a une volonté, il y a une solution ! Redevenir compétitif, c'est, choisir une solution et optimiser son application. La taille minimale fait partie de la palette de solutions.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé