LE FIL

Sècheresse

Les Costières de Nimes les premières touchées...

Samedi 24 juillet 2004 par Vitisphere

Les déficits hydriques déja trés élevés au mois de Juin s'aggravent sous l'effet conjugués du vent et du soleil de Juillet. Il est habituellement strictement interdit d’irriguer les vignes en Costières de Nîmes et que les dérogations restent exceptionnelles. Mais devant cette situation exceptionnelle, Bernard Enjolras, Président des Costières de Nimes soutenu par le préfet du Gard ont obtenu de l'INAO, la possibilité d'irriguer jusqu'à la véraison. La justification de cette décision traduit la situation de sècheresse qui s'étend dans le Sud Est de la France : "Considérant l'impact cumulé de la sécheresse de l'été 2003, de l'hiver et du printemps 2004 qui conduit à une situation de déficit hydrique plus important que celui de 2003 à la même époque, l'INAO considère votre demande justifiée..." Rappel : Les viticulteurs qui souhaiteraient procéder à une irrigation doivent informer les services locaux de l'INAO des parcelles qu'ils envisagent d'irriguer en leur adressant une demande motivée portant les références cadastrales, la superficie et le rendement attendu des parcelles. Ce rendement ne devra en aucun cas dépasser le rendement de base de l'appellation. Ces parcelles devront faire l'objet de visites des Commissions Techniques de Suivi des Conditions de Production, qui s'attacheront, en particulier, à la vérification de ce rendement.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé