LE FIL

Sabaté construit sa nouvelle usine en Espagne

Samedi 29 mars 2003 par Vitisphere

Sabaté a choisi l’Espagne pour bâtir sa nouvelle usine de traitement du liège. Le n°2 mondial du bouchage, filiale du groupe français Sabaté Diosos, lancera le mois prochain la construction de 2.500 m2 d’installations qui serviront à l’industrialisation de son procédé « Diamant ». Cette technique, mise au point avec le CEA de Pierrelatte, permet d’extraire du liège les TCA (Trichloroanisoles), rendus responsables du « goût de bouchon », en utilisant du CO2 à l’état supercritique. La nouvelle usine sera construite sur le site de San Vincente de Alcantara, dans la province espagnole de l’Extrémadure, où Sabaté possède déjà une importante unité de préparation du liège. Sabaté a préféré ce site à celui de Céret, en France, afin « d’être au plus près de la source de matière première » , explique Pascal Fougère, président de la branche bouchage de Sabaté Diosos. Le montant d’aides plus important et la rapidité de traitement du dossier côté espagnol ont aussi pesé dans la balance. Le site, qui représente un investissement de « 15 à 18 millions d’euros », sera opérationnel dans deux ans. Il permettra de traiter 40% de la production de Sabaté. Le procédé Diamant est, selon Jean-Marie Aracil, directeur de la R&D chez Sabaté, « le seul capable d’extraire sélectivement » les molécules indésirables. Le fabricant compte sur cet atout technologique pour reprendre l’avantage au moment où les formes alternatives de bouchage (synthétique, capsules) sont en forte croissance. Au stade semi-industriel, Diamant permet d’extraire en moyenne 97% des TCA. Sabaté précise qu’il ne s’agit « en aucun cas » d’une garantie « 100% anti-goût de bouchon », soulignant que d’autres facteurs dans la chaîne de conditionnement (palettes, etc.) peuvent être en cause.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé