LE FIL

“Fat Bastard”, le fabuleux destin d’un vin de pays d’Oc aux Etats-Unis

Vendredi 20 décembre 2002 par Vitisphere

Un hippopotame sur l’étiquette, un nom provocateur, un marketing basé sur le bouche-à-oreille... et un vin de qualité : il n’en fallait pas plus pour assurer le succès foudroyant de la marque “Fat bastard” (“gros salaud”) sur le marché américain. Ces vins de pays d’Oc (un chardonnay et une syrah vieillis en fût de chêne, vendus entre 9 et 12 dollars la bouteille) affichent une progression de plus de 350 % sur les 12 derniers mois, aux Etats-Unis. Volume prévu cette année : cinq millions de bouteilles, vendues essentiellement aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Ce produit a été élaboré en 1995 par la société Grands Vins de Gigondas, via sa filiale audoise Domaines du Soleil. Lancé confidentiellement sur le marché britannique, il n’a décollé qu’en 1999, lors de son lancement en aux Etats-Unis. “Sous couvert d’une marque drôle, il y a un travail sérieux de la part des vignerons”, souligne Thierry Boudinaud, l’un des instigateurs du projet. Un site internet (www.fatbastard.com) met en scène l’histoire imaginaire du vin, dans des décors rappelant la série TV “Twin Peaks”. Ce type de marketing, basé sur l’humour et la provocation, était jusqu’à présent l’apanage de petites marques de bière (“microbrews”). L’expression “Fat Bastard”, tirée de l’argot australien, fait référence à la rondeur et à la richesse arômatique du vin...

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé