LE FIL

Recensement 2001 des caves coopératives du Languedoc-Roussillon

Vendredi 18 janvier 2002 par Vitisphere

Le SRSA (Service régional des statistiques agricoles) en collaboration avec l’INRA, la FRCA (Fédération régionale des coopératives agricoles), et les Fédérations départementales des coopératives vinicoles ont réalisé un recensement des caves coopératives du Languedoc-Roussillon en 2001. Nombre de coopératives en baisse mais poids économique toujours influent En 2001 le Languedoc-Roussillon compte 360 coopératives assurant collecte de raisin, vinification et vente de vin : ce qui représente une diminution d’un tiers depuis 1982. La production et la surface sont également en baisse mais les coopératives conservent leur influence dans la viticulture régionale : production en baisse de près de 30% depuis 1982 à 14,6 millions d’hectolitres (73% du volume vinifié) provenant de 214 217 hectares (71% des surfaces déclarées). 3 000 emplois dans la filière Au total le secteur a un chiffre d’affaires consolidé (caves, 29 unions des coopératives qui commercialisent le vin et filiales de statut privé) de 8,1 milliards de francs en 2000 et fournit près de 3000 emplois en ETP (équivalents plein temps). Le tiers des 1 784 salariés permanents des coopératives de vinification occupent des fonctions de gestion, cavistes ou oenologues. La vente directe est un poste qui a de plus en plus d’importance (14%) alors que les activités spécifiques de promotion et de suivi du vignoble restent secondaires (3%) ou sont externalisées. Diversification de la production Les vins de table et vins de pays de département, avec 6,5 millions d’hectolitres comptent pour 45% de la récolte et les VQPRD (2,44 Mhl), vins de pays d’Oc (3,84 Mhl) et vin de pays de zone (1,6 Mhl) sont aujourd’hui majoritaires. Circuits marqués par la vente en vrac au négoce ou au grossiste Avec la diversification des produits, la part de produits vendus en bouteilles est de 17% soit un pourcentage inférieur à celui des caves particulières (20%) Sur toute la branche, 68% est vendu au négociant ou grossiste, 6% à la grande distribution, 3% aux magasins spécialisés, 6% en vente directe et 13% à des filiales. Nouvelle organisation des relations entre la cave et les exploitations adhérentes Les coopératives s’impliquent dans le pilotage du vignoble : rémunération différenciée, cahier des charges, aides au réencépagement, développement de la viticulture raisonnée. Ces indicateurs montrent une tendance encourageante mais l’effort est-il assez important face aux enjeux du marché mondial ? Investissement dans les nouvelles technologies (cuves en inox, systèmes de réfrigération). Les investissements réalisés en 2000 sont en forte augmentation : 525 millions de francs contre 400 millions en 1999. Le tassement des ventes, la chute des cours à la production des vins de table et de pays annonce un contexte de crise aujourd’hui pour les viticulteurs. Les investissements et l’augmentation des rémunérations des adhérents en 2000 (+10%) seront plus difficiles à assumer alors que le contexte financier n’est plus aussi favorable. Les caves coopératives devront mettre en place des stratégies d’adaptation différentes selon leur situation face à la crise. Source : Agreste, Cahiers de conjoncture

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé