LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Exportations des vins français

« coup de frein en septembre »

Vendredi 14 décembre 2001 par Vitisphere

Sur les 9 premiers mois de l’année 2001, les exportations de vins français ont progressé de 5,1% en volume mais ont diminué en valeur de 0,7%. Le mois de septembre marque une très nette rupture avec la tendance à la hausse des 6 premiers mois de l’année. Jusqu’à la fin de l’été, les exportations françaises de vin et spiritueux étaient à un niveau très satisfaisant en volume et valeur (+7,5% et +1%) sauf pour les champagnes en nette récession. Uniquement sur le mois de septembre, les exportations de vins sont en recul de 200 000 hectolitres et de près de 400 millions de francs par rapport au mois de septembre 2000. La répartition par produit est homogène et touche l’ensemble de la production française. Les exportations de Champagne ont du mal à se reprendre et celles - ci cèdent encore 15,1% sur la même période en 2000. Mais la situation s’améliore peu à peu depuis la chute qui a suivi les ventes record de 99 (+35,7%) ; de plus les expéditions de fin d’année ne sont pas encore prises en compte. Les VQPRD tranquilles sont globalement stables en volume et s’apprécie de 4,3% en valeur. L’ensemble des grandes régions de production améliore sensiblement leur prix moyen à l’export excepté le Beaujolais. Les vins de pays après une pause en 2000, repartent sous l’impulsion du Royaume-Uni mais les prix pratiqués ne sont pas très rémunérateurs. Les vins de table souffrent de la baisse des prix des vins de pays et sont en net recul en volume et en valeur. Evolution des principaux clients de la France
Source CFCE, variation en % Royaume-Uni et Japon sont les pays importateurs qui enregistrent les plus fortes performances sur ces 9 mois. Toutes les catégories de produit ont eu du succès outre Manche : +38,3% pour le Champagne, +11,8% pour les VQPRD sans oublier le rôle très important des vins de pays. Mais ces résultats ne doivent pas cacher la réalité du marché britannique. Les importations sont en pleine progression mais la France est le pays qui réalise les moins bonnes performances et nous continuons à perdre des parts de marché au profit des Etats-Unis, Espagne et Chili. Certains de nos principaux marchés tels les Etats-Unis, l’Italie, le Danemark et la Belgique sont en perte de vitesse constante. Ces pertes représentent sur ces 5 pays 204 millions d’hectolitres et 735 millions de francs de moins que les neufs premiers mois de 2000.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé