LE FIL

Augmentation de la dotation de l'INAO

Les professionnels siègent à nouveau

Mercredi 05 décembre 2001 par Vitisphere

Suite à la bataille engagée par les professionnels membres de l'INAO, le gouvernement a accepté de revoir à la hausse l'augmentation de sa dotation à l'INAO pour 2002. Dans un communiqué commun daté du 7 novembre, la CNAOC (Confédération nationale des producteurs de vins et eaux-de-vie de vin à AOC) et l'EGVF (Entreprises des Grands Vins de France) avaient annoncé que les professionnels ne siègeraient plus dans les instances de l'INAO en précisant : "ce mouvement ne prendra fin que lorsque le gouvernement prendra les engagements budgétaires nécessaires à l'avenir de l'INAO". C'est donc chose faite, et les professionnels réintègreront les instances de l'Institut dès aujourd'hui. La CNAOC et l'EGVF diffusent à nouveau un communiqué commun, pour remercier les parlementaires, et demander des discussions approfondies sur l'avenir de l'INAO afin d'éviter que cette situation se reproduise chaque année.
L'augmentation de la dotation de l'Etat à l'INAO pour 2002 passe de 3 à 8 millions de francs Communiqué commun de la CNAOC et de l'EGVF Les représentants professionnels des appellations d’origine se félicitent que le ministre de l’Agriculture ait finalement décidé d’augmenter la dotation 2002 de l’Etat au budget de l’INAO de 8 millions de francs. A l’occasion de la discussion du projet de loi de finances pour 2002 au Sénat, le gouvernement est revenu sur la position qu’il avait adopté à l’Assemblée nationale et qui avait décidé les professionnels à ne plus siéger dans les instances de l’INAO. Il a proposé un amendement pour abonder le budget de l’INAO au total de 8 millions de francs qui s’ajoutent ainsi aux 4 millions d’augmentation de la participation des professionnels. Les professionnels des appellations d’origine se réjouissent de l’adoption de ce compromis trouvé entre le ministre de l’Agriculture et les représentants de la filière qui devrait permettre d’assurer la continuité du fonctionnement de l’Institut. Ils tiennent à remercier les parlementaires pour leur mobilisation et l’esprit de consensus qui a prévalu lors des débats. Dans ces conditions, les professionnels ont décidé de réintégrer les instances de l’INAO dès le 5 décembre. Ils regrettent seulement les difficultés et les lenteurs qui ont prévalu avant d’arriver à un compromis sur ce budget 2002 qui devrait être finalement adopté le 18 décembre prochain par le Conseil permanent de l’INAO. Si l’on ne veut pas que l’exercice se renouvelle chaque année, il est impératif que le débat se prolonge immédiatement par des discussions approfondies sur l’avenir et les moyens de l’INAO et sur la participation des syndicats à la gestion de l’appellation. Une concertation approfondie entre pouvoirs publics, professionnels et personnels de l’INAO, doit parvenir à l’amélioration et la pérennité des moyens de fonctionnement de l’Institut. Les professionnels sont d’ores et déjà prêts à y participer.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé