LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Un vent de dynamisme souffle sur les Costières

Vendredi 15 décembre 2000 par Vitisphere

Le fameux terroir des Costières de Nîmes, villafranchien du quaternaire, prolongement direct de Châteauneuf-du-Pape, Lirac et Tavel, n'en finit pas d'attirer les investisseurs. La vitalité du marché du foncier des Costières est dynamisée par des professionnels du vin, démontrant ainsi une reconnaissance de la filière. Voici quelques transactions récentes qui illustrent l'engouement que suscite l'appellation la plus "Sud" de la Vallée du Rhône... Marc Kreydenweiss, vigneron alsacien hors pair, maître de la culture en biodynamie à Andlau, reprend un petit domaine de 15 ha à Manduel, le domaine de Perrière. Son projet : la haute qualité avec rénovation du vignoble et de la cave. La famille Bonomi, vignerons italiens propriétaires de 600 ha en Sardaigne et autant en Chine, a repris Château Lamargue à Saint-Gilles, un domaine de 120 ha. Après une rénovation complète de la cave avec chai à barriques, les premiers millésimes arriveront sur le marché en 2001. Les établissements Dupeloux, maison de négoce des Côtes du Rhône, ont repris le Domaine de Baulieu à Marguerittes (20 ha avec cave) pour enrichir leur gamme Vallée du Rhône de l'appellation Costières de Nîmes. Un pool d'actionnaires du Mâconnais, tous vignerons et négociants, a racheté le Château Saint Benezeth à Garons, d'une surface de 120 ha. Après une première vinification, ils ont obtenu une médaille d'or à Paris. Le Château Masneuf des Costières, 40 ha de production entièrement commercialisée en bouteille, fleuron de l'appellation (coup de coeur Hachette 2001) est repris, dans le cadre d'une démarche originale, par Luc Baudet, ingénieur agro-oenologue issu de l'agroalimentaire des liquides. Un GFA investisseur a été constitué pour l'occasion, permettant très rapidement de lever d'importants capitaux. Cette démarche innovante pour la région est à retenir car elle devrait faire tâche d'huile et démontre la rentabilité de certains domaines viticoles. Le Château de Beck à Vauvert est également en cours de reprise par un important propriétaire foncier de Camargue qui a la volonté de réactiver la propriété (40 ha avec cave). Le marché foncier des Costières de Nîmes affiche un dynamisme qui ne semble pas en passe de s'essoufler, porté par des acheteurs professionnels à la recherche de terroir. Pour en savoir plus sur le marché foncier en Languedoc : Vignobles Investissement

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé