LE FIL

Ni chlorophénols ni chloroanisoles chez les fabricants français de bouchons

Vendredi 01 décembre 2000 par Vitisphere

La Fédération Française des Syndicats du Liège (FFSL) a organisé une Conférence de Presse dans le cadre de Vinitech pour aborder le sujet des chlorophénols et des chloroanisoles. Ces molécules sont responsables de mauvais goûts dans les vins. Pendant longtemps, les bouchons ont été montrés du doigt comme la seule source possible de contamination, à tel point que le fameux "goût de bouchon" est entré dans le vocabulaire courant. Or, on sait aujourd'hui que des vins peuvent être contaminés sans jamais avoir été en contact avec des bouchons. Ce sont alors les produits de traitement du bois présent dans les locaux (charpente, palettes…) qui sont incriminés. On parle dans ce cas de contaminations atmosphériques, qui peuvent également atteindre tous les matériaux poreux stockés dans le local concerné : bouteilles vides, médias filtrants et bouchons, qui eux-mêmes pourront ensuite transmettre la contamination à des vins. Sur la matière première, le liège, chlorophénols et chloroanisoles ne sont présents qu'à l'état de traces. La contamination éventuelle se fait donc au cours de la "vie" du bouchon, entre son élaboration et le débouchage de la bouteille par le consommateur. Pour vérifier l'innocuité des sites français de production de bouchons de liège, la FFSL a contrôlé les atmosphères des locaux de 20 entreprises adhérentes. La méthode utilisée était basée sur le piégeage des molécules indésirables par de la bentonite, matériau très poreux. Les analyses, effectuées par un laboratoire indépendant, n'ont montré aucune contamination. Cette étude sera reconduite annuellement par la FFSL, qui se tourne maintenant vers les autres acteurs de la filière vin pour leur suggérer d'effectuer la même démarche…

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé