LE FIL

Chronique de l'innovation

Matériel viticole

Mercredi 29 novembre 2000 par Vitisphere

Un salon pour le matériel agricole, c’est l’occasion de voir rassemblé en un même lieu l’ensemble des équipements mis à disposition d’une filière. C’est aussi pour les techniciens le moment de faire la synthèse des technologies mises sur le marché, et pour l’analyste l’heure de discerner les tendances et orientations prises par un secteur d’activité. Ainsi, ce que nous pressentions voici quelques années devient réalité : le viticulteur du XXIe siècle sera non seulement un producteur, mais surtout un fin tacticien, dont la pertinence des choix conditionnera sa réussite. Pour mettre en application sa tactique, le viticulteur a aujourd’hui des machines de plus en plus précises et performantes. La précision semble bien être la ligne directice de bon nombre d’innovations rencontrées ces derniers temps. Ainsi cette année, ce ne sont pas moins de trois Vinitech (or, argent et bronze) qui récompensent les matériels qui ont vocation à réaliser un travail le plus précis possible. Le filoguidage (Lagarde) permet d’effectuer un rognage régulier et fin tout au long de la rangée. Le « Tournesol » Pellenc permet de travailler dans l’intercep avec finesse, sans laisser de zones non travaillées. Le positionnement régulier et automatique des descentes de pulvérisation (Berthoud) assure un traitement phytosanitaire dans les meilleures conditions. Nous avions vu au cours des dernières saisons l’autoguidage des têtes de récolte sur les machines à vendanger, la possibilité sur ces mêmes matériels d’adapter un trieur permet d’optimiser la qualité de la vendange, et les premiers dispositifs de cartographie des parcelles à l’aide du GPS (Global Positioning System). Avec cette brève énumération, ce sont les secteurs du travail du sol, du travail en vert, du traitement phytosanitaire et de la vendange qui sont concernés. L’essentiel des activités viticoles. Mais pourquoi tant de précision ? Sans aucun doute parce que les erreurs coûtent cher, financièrement parlant, et que la rentabilité d’une exploitation est parfois dépendante de cette somme de « petits riens ». Mais surtout parce que la précision, c’est aussi tendre vers des productions de qualité. Le monde de l’œnologie a œuvré dans cette voie depuis de nombreuses années. La viticulture, premier maillon de la chaîne qui conduit à la production du vin, se devait, elle aussi, de suivre cette voie. Précision, Qualité, deux ambitions intimement liées pour un marché de plus en plus exigent.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé