Vous devez être connecté pour selectionner cette article dans vos contenus sauvegardés.
x

Hausse des ventes de Beaujolais en GD

L'analyse d'un acheteur vin chez Système U

Mercredi 26 octobre 2016 par Juliette Cassagnes

En valeur, les ventes de vins du Beaujolais ont représenté sur un an une valeur de 80 millions d'euros et un volume d'environ 15 millions de colsEn valeur, les ventes de vins du Beaujolais ont représenté sur un an une valeur de 80 millions d'euros et un volume d'environ 15 millions de cols - crédit photo : J Cassagnes
Les ventes de vins du Beaujolais en grande distribution connaissent depuis un an un retour à la croissance. Des résultats très encourageants qui ont plusieurs explications, selon Romain Thomas, acheteur vin chez Système U.

À fin août 2016, les ventes de vins du Beaujolais sur douze mois glissants en grande distribution enregistraient une progression en valeur (+6,5 %), mais aussi en volumes (+5,3 %). Des performances pour le moins remarquables à deux niveaux : en premier parce que depuis bien longtemps, la tendance était inverse et qu'elles marquent donc un retour à la croissance. Ensuite, parce qu'elles se produisent dans un contexte global de baisse des ventes de vins AOP en GMS. Avec cette progression, le Beaujolais est même devenu le vignoble qui connaît actuellement la plus forte croissance sur ce circuit en difficulté. Pour Romain Thomas, acheteur national vin chez Système U, deux raisons expliquent cette récente inversion de tendance.

"On vend moins de Bourgogne"

Vendus sous la barre des 8 euros, les crus du Beaujolais ont un rapport qualité prix « très intéressant ». Ils ont de plus bénéficié cette année de « l'effet millésime 2015 », dont la très bonne qualité est reconnue. Ces vins, les crus Brouilly et Morgon notamment, parviennent donc à attirer des consommateurs qui se détournent d'autres appellations devenues trop chères, à l'instar des Bourguignonnes. C'est par exemple le cas de l'AOP Bourgogne rouge, dont le prix des bouteilles dépasse désormais le « seuil psychologique » des 10 euros et dont les ventes baissent, en tout cas chez Système U. « La Bourgogne a fait le choix d'une stratégie de valorisation et la GD reste un marché dont la clé d'entrée est le prix. Leurs volumes vendus baissent, explique Romain Thomas. Les crus du Beaujolais bénéficient clairement d'un report de ces consommateurs ».

Et si les ventes de vins de crus du Beaujolais progressent, ce n'est pas non plus parce qu'il y a plus de références, ajoute celui-ci : « Notre rayon n'a pas bougé, c'est donc bien parce que les volumes vendus augmentent, lié à des choix de la part des consommateurs orientés vers ces vins-là », précise-t-il.

Une tendance à la croissance qui durera

L'autre explication avancée par l'acheteur tient aux Beaujolais nouveaux, qui ont, pour la première fois depuis longtemps, rencontré un regain d'intérêt l'an passé : leurs ventes ont progressé de 6 % lors de la campagne 2015. « C'est grâce au travail conduit par les vignerons et l'interprofession, estime le professionnel : la campagne de publicité a été rallongée à deux semaines contre seulement un week-end auparavant, et les magasins acceptent de jouer le jeu en laissant les produits plus longtemps en rayons ».

La qualité étant « au rendez-vous » et les efforts d'animation et de communication conduits par les professionnels commençant à se faire sentir, celui-ci se dit par ailleurs convaincu que cette tendance à la croissance ne fait que commencer : « Elle n'est pas le fruit du hasard et celle-ci ne va pas s'inverser, elle se poursuivra sur le long terme », prédit Romain Thomas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé