webleads-tracker

Accueil > Dossier > Interview > Jean-Louis Ballarin : « en 2014, on a l'obligation de faire une récolte abondante, et de qualité »

Jean-Louis Ballarin : « en 2014, on a l'obligation de faire une récolte abondante, et de qualité »

Jean-Louis Ballarin : « en 2014, on a l

S'il se voit comme l'héritier d'une famille qui « a toujours eu cette idée, cette envie de produire des vins effervescents », Jean-Louis Ballarin se projette au-delà de ses racines catalanes (et du Bordeaux mousseux de son grand père) pour imaginer, et croire en, l'avenir de la jeune appellation Crémant de Bordeaux actuel (AOC reconnue en avril 1990). Après cinq ans d'investissements conséquents, la maison Ballarin peut se targuer d'avoir amené son appareil de production à un niveau de technicité hors du commun girondin (chaînes automatisées de tirage, dégorgement, palettisation...). « Notre prochain axe de développement et d'investissement, c'est de montrer nos caves [4,5 kilomètres de carrières du XVIème siècle], qui sont le cœur de notre métier et l'essence de notre produit. Sans les caves, il est difficile de passer pour autres choses que des industriels ! » ne peut s'empêcher de lancer Jean-Louis Ballarin, remarque visant à fleuret moucheté le groupe coopératif Jaillance, qui s'est dernièrement rapproché du Clos des Cordeliers, et a transféré les installations troglodytes de Brouette vers un site moderne à Peujard (cliquer ici pour en savoir plus). Implantée au cœur de l'Entre-Deux-Mers, la maison Ballarin a été particulièrement impactée par les petites vendanges de 2013 (production diminuée de moitié). Mais Jean-Louis Ballarin ne se défait pas de son optimisme face à une saison actuellement propice. « Si ça continue à être aussi prometteur, on pourrait bien le millésimer ! », ajoutant plus sérieux qu'en « 2014, on a l'obligation de faire une récolte abondante et de qualité ». Pour prêcher ces bonnes paroles dans le vignoble, il organisait ce premier juillet des portes ouvertes à Haux, où l'affluence témoignait de l'intérêt de l'ensemble des opérateurs.

La maison Ballarin est le premier producteur de crémants de Bordeaux en volume : « avec plus de la moitié de la production de l'AOC traitée ». La société possède en effet 80 hectares de vignes pour une production annuelle de 5 000 hectolitres de vins, complétée par un approvisionnement d'appoint pour arriver à une commercialisation dépassant le million de cols (30 % de ce volume provient de contrats avec des vignerons et caves coopératives). Plus de la moitié de ce volume est commercialisée en grande distribution, pour 30 % à l'export et 20 % en réseau traditionnel Le chiffre d'affaires de la maison s'élevait à 4 millions d'euros l'an dernier (+7 % par rapport à 2012), dont 30 % sont issus de la prestation de services aux viticulteurs (conditionnement à façon de crémants, vins effervescents et méthode traditionnelle).  



Ce contenu Jean-Louis Ballarin : « en 2014, on a l'obligation de faire une récolte abondante, et de qualité » est réservé aux abonnés Citizen Wine.

Bénéficiez de nos avantages et accéder à toute l'actualité en illimité !
Vous avez
déjà un compte
Processing
Créez
un compte
Recopiez le code :
ici :
Processing
[ LES AUTRES GRANDS THEMES DU VIN A LIRE SUR VITISPHERE ]
 
AGENDA


LA SELECTION DU SALON
VOS REACTIONS SUR LE FIL

 

LES ACTUALITÉS

LES PETITES ANNONCES

LES LIENS UTILES

VOS BESOINS

LES SERVICES

JE RECHERCHE