webleads-tracker

Actualité > Technique > Développement durable > Cognac : l'eau-de-vie bio en passe de sortir de sa niche confidentielle ?
- Développement durable
Par Alexandre Abellan

Cognac : l'eau-de-vie bio en passe de sortir de sa niche confidentielle ?

Cognac : l

« Le marché des cognacs bio est en genèse, nous sommes à la naissance de quelque chose » prédit Christophe Juarez, le président du directoire Mounier et Compagnie (groupe Unicoop), alors que la marque Prince Hubert de Polignac va lancer en septembre son premier cognac bio : Nature de Cognac. En projet depuis deux ans, ce VSOP est né « de la demande perçue au niveau des marchés (l'activité bio des vins a déjà percé et on a le sentiment que les spiritueux pourraient en faire autant), et du constat que pas mal d'exploitations charentaises sont déjà converties au bio, mais ne trouvent pas de débouché dans la filière » précise Christophe Juarez. Actuellement, la moitié des raisins bio de cognac serait en effet déclassée, pour produire du cognac conventionnel. Si des pionniers de l'eau-de-vie charentaise bio sont à l'œuvre depuis des décennies, comme les maisons Guy Pinard & fils et Brard Blanchard (respectivement en bio depuis 1969 et 1972), à peine 1 % du vignoble de Charente et Charente-Maritime est conduit en bio (selon le dernier recensement agricole). Avec sa nouvelle cuvée, l'idée de la maison Polignac est de donner l'impulsion nécessaire à la réunion de la filière charentaise autour du bio. Ceci afin d'atteindre une taille critique lui permettant de sortir de sa niche confidentielle.

Présenté aux clients de la maison charentaise, ce VSOP bio a déjà suscité un intérêt prometteur en Chine, en Norvège, au Québec... « Nous avons été surpris par l'enthousiasme des marchés émergents pour cette démarche qualité » confie Gaëlle Poton (responsable communication pour H. Mounier). « Ce qui est intéressant, c'est qu'il n'y a pas qu'un seul marché qui répond » confirme Christophe Juarez. La principale difficulté du lancement devrait se situer au niveau des volumes disponibles, limités à 20 000 cols (vendus 32 euros TTC l'unité, soit un prix 30 % plus élevé que le VSOP classique de la marque). Pour l'instant limité à une référence, la gamme bio du Prince Hubert de Polignac se veut « simple, notre but est de sensibiliser le marché, qui nécessite une avancée mesurée ». Pour l'instant, une dizaine d'adhérents d'Unicoop pourrait produire du cognac bio (en comptant les domaines en conversion et ceux en pourparlers), la première cuvée a été produite à partir d'achats sur le marché des cognacs bio.

Fondés en 1947, les cognacs Prince de Polignac sont une marque de la maison H. Mounier (qui possède également les cognacs Hardy et les pineaux Reynac), rachetée en 1960 par le groupe coopératif Unicoop (200 viticulteurs pour un chiffre d'affaires de 70 millions d'euros en 2013, +23 % par rapport à 2012).

 

 

[Photo : Christophe Juarez, H. Mounier]

 

 
[ LES COMMENTAIRES (1) ]
cognacpainturaud - Le 27 juin 2014 à 16:32:20
la production de cognac bio n'est pas encore très importante.. cela va peut etre changer. Une hausse des prix pour du bio ? pas un frein pour l'international (soit 90% de la consommation)
[ LAISSER UN COMMENTAIRE ]
Code de validation :
Recopier le code :
Identifiez-vous ou inscrivez-vous sur vitisphere pour ne plus avoir besoin de saisir le code de sécurité
Processing
Une faute d'orthographe, une erreur à signaler ? Une précision à apporter ? Ecrivez à redaction@vitisphere.com avec votre info ou votre correction. Nous y porterons toute l'attention nécessaire.
[ LES AUTRES GRANDS THEMES DU VIN A LIRE SUR VITISPHERE ]
Haut de page
 
AGENDA


LA SELECTION DU SALON
VOS REACTIONS SUR LE FIL