webleads-tracker

Actualité > Technique > Réglementation > Canada : les vins de glace réglementés à partir de 2014
- Réglementation
Par Eva Dujardin

Canada : les vins de glace réglementés à partir de 2014

Canada : les vins de glace réglementés à partir de 2014
Le gouvernement canadien vient d’annoncer la mise en place d’une réglementation visant à restreindre la définition des vins de glace. Cette législation nationale limiterait la définition des vins de glaces aux vins fabriqués « à partir de raisins gelés naturellement sur la vigne ». Cette loi devrait rentrer en vigueur dès janvier 2014. Auparavant aucune législation nationale n’apportait de telles précisions et les vins de glace pouvaient également être fabriqués de manière artificielle (avec une congélation des raisins vendangés). Dernièrement l’industrie canadienne du vin de glace a demandé à ce que le gouvernement du Canada réglemente cette même industrie aux moyens d’accords nationaux et internationaux afin de protéger les producteurs comme les consommateurs.
Rappelons que le Canada est l’un des membres fondateurs du Groupe Mondial du Commerce du Vin (GMCV), qui rassemble huit pays producteurs de vins du Nouveau Monde, soit l’Argentine, l’Australie, le Canada, le Chili, la Géorgie, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud et les Etats-Unis. Ensemble, les membres du groupe représentent près du quart des exportations mondiales de vin. Le GMCV, fondé en 1998, réunit les représentants de l'industrie et du gouvernement de ces pays, au sein d’un forum unique, pour discuter de questions très diverses se rapportant au commerce du vin et à sa réglementation. Il négocie également des accords visant à faciliter le commerce international du vin. 
Concernant la protection des vins de glace, le gouvernement canadien avait déjà négocié avec succès l’inclusion d’une définition de ces vins dans un accord avec le GMCV, signé le 23 janvier 2007.
Aujourd’hui l’inclusion de la définition dans le cadre de réglementation du Canada, aidera à empêcher l’entrée du vin de glace non conforme à la norme internationale dans le pays, ainsi qu’à démontrer à ses partenaires commerciaux que le vin de glace produit au Canada répond aux normes internationales. L’Accord du GMCV stipule que seul le vin fabriqué exclusivement à partir de raisins gelés naturellement sur la vigne peut être étiqueté comme étant du vin de glace. L’OIV, dont le Canada n’est pas membre, définit quant à elle le vin de glace comme un « vin provenant exclusivement de raisins frais ayant subi une cryosélection dans le vignoble sans recours à des procédés physiques. Les raisins utilisés dans les productions de vin de glace doivent être gelés lors de la vendange et pressés dans cet état ». En définissant le vin de glace dans une loi nationale, le Canada aura donc un fondement réglementaire pour obtenir la collaboration d’autres pays afin de mettre un terme aux ventes de vin de glace non conforme à la norme internationale. Ce projet de réglementation entraînerait des coûts pour quelques producteurs de vin de glace canadiens; certains d’entre eux engageraient des dépenses pour répondre aux exigences de certification. Dan Paszkowski, président et chef de la direction de l' Association des vignerons du Canada, prévoit que « moins de 2 % des producteurs subiront des coûts additionnels ». 
Cette loi est d’autant plus importante, que le vin de glace représente la principale exportation de vin du pays en termes de valeur (45 % des revenus pour 1,2 % des volumes). Cette valeur était de 15,5 millions de dollars en 2012 avec un volume de 2 230 hectolitres. Ce vin est principalement exporté depuis l’Ontario (85 %), la Colombie Britannique (8,5 %), le Québec (4,5 %) et la Nouvelle-Écosse (0,5 %). Les ventes domestiques ont quant à elles atteint 1 800 hectolitres en 2012. Les 10 principaux marchés d'exportation sont la Chine, la Corée du Sud, Singapour, Hong Kong, Taiwan, le Japon, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la Malaisie et pour finir la France. Ces marchés représentent 96,8 % du volume des ventes à l'exportation du vin de glace canadien. Dan Paszkowski note toutefois que « l'éducation des consommateurs est toujours importante et qu’un contrôle continu du respect de la loi devra être mis en place par les agences gouvernementales et les professionnels du vin ».
 
 
 
[Sources : La Gazette du Canada, Decanter, OIV, VancouverSun, L'Agence Canadienne d'Inspection des Aliments]
 
[ LES COMMENTAIRES (0) ]
[ LAISSER UN COMMENTAIRE ]
Code de validation :
Recopier le code :
Identifiez-vous ou inscrivez-vous sur vitisphere pour ne plus avoir besoin de saisir le code de sécurité
Processing
Une faute d'orthographe, une erreur à signaler ? Une précision à apporter ? Ecrivez à redaction@vitisphere.com avec votre info ou votre correction. Nous y porterons toute l'attention nécessaire.
[ LES AUTRES GRANDS THEMES DU VIN A LIRE SUR VITISPHERE ]
Haut de page
 
AGENDA


LA SELECTION DU SALON
VOS REACTIONS SUR LE FIL