webleads-tracker

Actualité > Société > Têtes d'affiche > Vinexpo : manifestes et pétitions attendent le ministre de l'Agriculture
- Têtes d'affiche
Par Alexandre Abellan

Vinexpo : manifestes et pétitions attendent le ministre de l'Agriculture

Vinexpo : manifestes et pétitions attendent le ministre de l

Ce 15 juin s'ouvre l'édition 2013 de Vinexpo, rassemblant au parc expo de Bordeaux l'ensemble des professionnels des vins et spiritueux du monde entier (de la Chine au Brésil en passant par la Turquie), ainsi que les principaux responsables politique de la filière française. Trois ministres sont annoncés, le plus attendu étant Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, qui inaugurera le salon au côté d'Alain Juppé, maire de Bordeaux.

Les professionnels attendent notamment des éclaircissements sur la question de la sous-consommation de l'enveloppe française pour la filière vin, qui avait provoqué de nombreux claquements de portes en avril dernier (pour en savoir plus, cliquer ici). Les Vignerons Indépendants de France témoignent « d'inquiétudes grandissantes et c’est l’avenir même du financement des mesures positives de la filière qui risque d’être remis en cause en cas de défaillance dans la gestion de cette enveloppe ». Les VIF craignent que le vignoble européen perde à terme son enveloppe spécigique et passe sous le régime général des Droits à Paiement de Base (DPB). Dans l'immédiat, Michel Issaly (président des VIF) annonce que « si le retour des sommes à Bruxelles de vait atteindre 40 millions d’euros, c’est 100 millions d’euros qui ne seraient pas injectés dans l’économie de nos territoires ruraux »

Rendu à la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et Toxicomanies ce 7 juin, le rapport du professeur Michel Reynaud (chef du service de P sychiatrie et d’Addictologie de l'Hôpital parisien Paul Brousse) suscite également l'inquiétude de la profession. Cette étude sur « les dommages liés aux addictions et les stratégies validées pour réduire ces dommages » préconise en effet de « débanaliser les boissons alcooliques en les présentant sous leur vrai jour » et, afin de « s'adapter à une société addictogène », d'encadrer leurs publicités en interdisant « l'affichage sur la voirie et les lieux publics (sauf dans les communes de productions viticoles), l'internet (sauf les sites des producteurs) et les réseaux sociaux ». Souhaitant « sauver la liberté d'expression des vignerons », le mouvement Touche pas à mon Vigneron s'oppose à ces conclusions, « car bâillonner à toute force c’est aussi empêcher les messages sur le bien boire, la consommation modérée et raisonnable ». Une pétition en ligne a été lancée et ne cesse de recevoir du soutien à une rythme effréné, ayant dépassé les 1 000 signatures ce matin même (cliquer ici pour accéder à cette pétition).

Egalement évoquée dans ce rapport, la question de la taxation comportementale attendra le ministre de l'Agriculture à Bordeaux. Souhaitant muscler son action lobbyiste, le Cercle des Femmes de Vin annonce la signature d'un manifeste sur le salon Vinexpo. La directive Nitrate (notamment remise en cause par le Syndicat Général des Vignerons) pourrait également être mise au centre des débats, des lobbyistes du vin estimant que le vignoble n'a pas encore pris la mesure des enjeux de cette réforme. Désormais liée aux ultimes négociations de la PAC, le devenir des droits de plantation pourrait resurgir, les Organisations Professionnelles restant mobilisées jusqu'à la fin juin (pour en savoir plus, cliquer ici). 

 

 

[Illustration : Le silence des Vignerons, par Patricia Huczek du bar à vins Trinque Fougasse (Montpellier)]

 
[ LES COMMENTAIRES (1) ]
craoux - Le 13 juin 2013 à 22:35:14
Par ces temps de crise, la filière devrait s'estimer "heureuse" de bénéficier - encore ! - de la manne UE ... Il serait même utile d'établir une typologie des entreprises qui émargent ! Que l'argent public aille la plupart du temps (par effet d'aubaine et grâce à une meilleure réactivité "administrative" interne) dans la poche de gros domaines ou de grosses entreprises me rend fou ! Et je ne parle pas de la restructuration du vignoble .. qui n'a plus rien d'une aide structurelle ... c'est aberrant de continuer à financer sur nos deniers publics ce qui devrait logiquement l'être par l'autofinancement ! Quant à l'hypocrisie sur le thème "il ne faut pas empêcher les messages sur le bien boire, la consommation modérée et raisonnable", RAS le BOL ... Qui dans la filière s'élève vertement contre l'alcool facile et habilement déguisé des boissons aromatisées à base de vin - titrant toutes 8° - dont la cible évidente est les JEUNES ! ... La filière est égoïste et ne pense qu'à son intérêt ...
[ LAISSER UN COMMENTAIRE ]
Code de validation :
Recopier le code :
Identifiez-vous ou inscrivez-vous sur vitisphere pour ne plus avoir besoin de saisir le code de sécurité
Processing
Une faute d'orthographe, une erreur à signaler ? Une précision à apporter ? Ecrivez à redaction@vitisphere.com avec votre info ou votre correction. Nous y porterons toute l'attention nécessaire.
[ LES AUTRES GRANDS THEMES DU VIN A LIRE SUR VITISPHERE ]
Haut de page
 
AGENDA





LA SELECTION DU SALON
VOS REACTIONS SUR LE FIL

 

LES ACTUALITÉS

LES PETITES ANNONCES

LES LIENS UTILES

VOS BESOINS

LES SERVICES

JE RECHERCHE