webleads-tracker

Actualité > Economie > Conjoncture > Vins du Beaujolais : la stratégie 2013 combine petite production, contractualisation et diversification
- Conjoncture
Par Alexandre Abellan

Vins du Beaujolais : la stratégie 2013 combine petite production, contractualisation et diversification

Vins du Beaujolais : la stratégie 2013 combine petite production, contractualisation et diversification

L'ambiance était studieuse lors de l'Assemblée Générale de l'Interprofession des vins du Beaujolais (Inter Beaujolais), la première présidée par le négociant Bruno Mallet. Sans réjouir l'audience, l'annonce des dernières estimations des vendages 2012 confirme que les craintes du pire sont passées. Avec 510 000 hl de vins en 2012, la réduction de production ne serait plus de 50 %, mais de 40 % par rapport à 2011. Avec des rendements de 30 hl/ha, les producteurs de Beaujolais ont globalement privilégié les primeurs. La production de Beaujolais Nouveau n'a ainsi diminué que de 13 %, risquant d'amener à des situations de pénuries pour certaines appellations dès le printemps.

Dans cette situation, les cours des vins de garde des appellations régionales se maintiennent actuellement sur ceux des beaujolais primeurs (à 220 euros l'hectolitre de Beaujolais rouge et 250 €/hl pour les Beaujolais Villages). Actuellement, les crus du Beaujolais se négocient tous au delà de 300 €/hl. La hausse des cours ne permettra cependant pas d'amortir les faibles rendements, mais les aides de l'Etat (200 000 €), de la MSA (500 000 €) et du Conseil Général (1 million €) devraient soutenir les acteurs du Beaujolais durant cette campagne délicate. Si chacun espère déjà des vendanges 2013 généreuses, des leviers stratégiques sont à l'étude au sein de l'interprofession.

Délégué général d'Inter Beaujolais, Jean Bourjade estime que « cette campagne fait prendre conscience aux acteurs que l'on est proche de l'équilibre des marchés, qu'il faut assurer pour les uns leurs approvisionnement et pour les autres leurs débouchés. Négoce et production sont prêts à réfléchir à une contractualisation pluriannuelle. »  La diversification des produits du vignoble est également envisagée, avec des Vins Mousseux de Qualité de Types Aromatiques (suivants la méthode ancestrale). Pour ces VMQTA, la mise en place d'une Indication Géographique Protégée est envisagée (sous le girond d'une interprofession mixte AOP et IGP). D'après le goupe de travail "bulles" du cluster Beaujolais (fondé par Inter Beaujolais et la Chambre du Commerce et de l'Industrie) le choix de l'IGP permettrait un lancement commercial plus rapide que des marques commerciales.

Pour sa troisième édition (ce 19 janvier à Lyon), le Concours International du Gamay était d'ailleurs ouvert aux vins effervescents. Si le gamay reste le socle du vignoble, le travail de caractérisation des terroirs, notamment des dix crus du Beaujolais (amorcé il y a 3 ans) pourrait parachever la montée en gamme des crus. Jean Bourjade ajoute que « si la volonté de passer à l’étape supérieure est validé par les élus des Crus, la demande de reconnaissance par l’INAO des climats du Beaujolais reviendrait à l’ordre du jour et pourrait dans un deuxième temps conduire à déposer un dossier visant la mise en place de premiers crus. La qualité des terroirs dans les aires des crus et tout le travail réalisé par les études pédologiques, climatiques et historiques devraient constituer un dossier solide pour cette ultime étape. »

 
[ LES COMMENTAIRES (0) ]
[ LAISSER UN COMMENTAIRE ]
Code de validation :
Recopier le code :
Identifiez-vous ou inscrivez-vous sur vitisphere pour ne plus avoir besoin de saisir le code de sécurité
Processing
Une faute d'orthographe, une erreur à signaler ? Une précision à apporter ? Ecrivez à redaction@vitisphere.com avec votre info ou votre correction. Nous y porterons toute l'attention nécessaire.
[ LES AUTRES GRANDS THEMES DU VIN A LIRE SUR VITISPHERE ]
Haut de page
 
AGENDA


LA SELECTION DU SALON
VOS REACTIONS SUR LE FIL