webleads-tracker

Actualité > Economie > Conjoncture > France : les consommateurs réguliers de vin continuent de céder du terrain aux occasionnels
- Conjoncture
Par Alexandre Abellan

France : les consommateurs réguliers de vin continuent de céder du terrain aux occasionnels

A l'occasion du salon Vinitech, Caroline Blot et Philippe Janvier (service des études économiques de FranceAgriMer) présentaient la dernière étude quinquennale sur la consommation de vin en France. En 2010, la consommation française s'élevait à 46,6 litres de vin par habitant (contre 104 en 1975). La France reste le premier pays consommateur de vin par habitant, devant l'Italie (40,3 l/hab), le Portugal (41,5 l/hab), l'Espagne (23,4 l/hab)...

D'après une étude de l'institut GFK-ISL, les consommateurs occasionnels de vin (une à deux fois par semaine) représentent 45 % des 4 004 personnes de plus de 15 ans interrogées à leur domicile. En 1980, les consommateurs occasionnels représentaient 30 % du panel, ceux réguliers (presque tous les jours) les dominaient avec 51 %. En 2010 les consommateurs réguliers ne représentent plus que 17 % des sondés. Cette proportion a diminué par rapport à 2005 (21 %), au profit des occasionnels (alors 41 %). La part des non consommateurs est restée stable à 38 % en 2010. Il faut noter que parmi ceux se déclarant « non consommateurs de vin », le quart en dégustent pour les occasions exceptionnelles et le cinquième ne consomment que des vins effervescents.

L'étude de FranceAgriMer revient également sur la répartition par tranche d'âges des consommateurs. En 1980, 70 % des consommateurs se trouvaient dès la tranche 20-24 ans, en 2010, on trouve cette proportion à partir de 50 ans. Depuis 1985, le vin reste la troisième boisson consommée aux repas (derrière l'eau du robinet et les eaux en bouteilles). En 2010, 24 % des sondés consommaient lors de leurs repas du vin, en 1980 ils étaient plus du double (50 %). Dans le même temps les Boissons Raffraîchissantes Sans Alcool sont devenues de plus en plus présentes (15 % en 2010, contre 5 % en 1980).

 

 

[Illustration : Evolution de la fréquence de consommation de vin ; Source : FranceAgriMer]

 
[ LES COMMENTAIRES (3) ]
Christophe G - Le 04 décembre 2012 à 20:50:33
"En 1980, 70 % des consommateurs se trouvaient dès la tranche 20-24 ans, en 2010, on trouve cette proportion à partir de 50 ans". C'est tout à fait logique, les 20-24 ans de 1980 ont aujourd'hui 50 ans. Cette masse de consommateurs s'est simplement "déplacée" avec le temps, mais leur habitudes n'ont pas évoluées comme pourrait essayer de le démontrer cet article. En 2050, pourrons-nous tirer la même conclusion de la jeunesse d'aujourd'hui ? Sans aucun doute, et dans le même temps, les cinquantenaires disparaîtront, leur consommation aussi. Conséquence : en 2050, une chute brutale des ventes en volume est à prévoir... quant à la valeur, pas d'inquiétude : les hédonistes / consommateurs occasionnels souhaiteront / devront payer le prix fort.
Olivier Marc - Le 29 novembre 2012 à 16:12:57
C'est une très mauvaise nouvelle car on sait que c'est là où il y a le plus de consommateurs réguliers de vin qu'il y a le moins d'alcooliques et le moins de morts par cancer !!
Renaud - Le 28 novembre 2012 à 10:25:18
C'est plus tôt une bonne nouvelle pour la lutte contre l'alcoolisme. Même s'il y a des effets pervers
[ LAISSER UN COMMENTAIRE ]
Code de validation :
Recopier le code :
Identifiez-vous ou inscrivez-vous sur vitisphere pour ne plus avoir besoin de saisir le code de sécurité
Processing
Une faute d'orthographe, une erreur à signaler ? Une précision à apporter ? Ecrivez à redaction@vitisphere.com avec votre info ou votre correction. Nous y porterons toute l'attention nécessaire.
[ LES AUTRES GRANDS THEMES DU VIN A LIRE SUR VITISPHERE ]
Haut de page
 
AGENDA


LA SELECTION DU SALON
VOS REACTIONS SUR LE FIL