webleads-tracker

Actualité > Economie > Organisation professionnelle > François Chidaine claque la porte du conseil exécutif des Vins de Loire
- Organisation professionnelle

François Chidaine claque la porte du conseil exécutif des Vins de Loire

François Chidaine claque la porte du conseil exécutif des Vins de Loire

François Chidaine, président de l’ODG de l’AOC Montlouis, vient de démissionner du conseil exécutif d’Interloire après six ans de présence, en indiquant que « l’interprofession ne remplit pas ses missions. » Il explique plus en détail sa position dans une interview au journal Le Vigneron du Val de Loire et y déclare que, si, sur le fond, la nécessité d’une interprofession est réelle, et que les salariés effectuent un bon travail, c’est la comparaison des sommes investies et des résultats obtenus qui ne le satisfont pas. Il estime ne pas être le seul dans ce cas, puisqu’ « un nombre croissant de vignerons ne payent plus leur cotisation ».

 

Ses critiques portent sur quatre points principaux : la gestion de la maison des vins de Loire (« j’aurais aimé des objectifs plus clairs »), la communication externe (« trop générique » et « manquant d’ambition »), le partenariat avec le salon des vins d’Angers (« s’il n’évolue pas il va disparaître ») , et le non respect des accords interprofessionnels par le négoce, « principal point de désaccord » selon lui. « Quatre mois après la signature des accords, on pouvait déjà constater que les contrats étaient galvaudés », les négociants s’étant selon lui abstenus d’acheter pour faire chuter les cours, en particulier ceux du sauvignon.

 

Pour relire notre interview de François Chidaine de juillet 2010.

Photo : www.vinsmontlouissurloire.fr

 
[ LES COMMENTAIRES (6) ]
Jean-Daniel - Le 27 janvier 2012 à 19:43:03
Je pense que Mr Chidaine n'avait pas beaucoup d'autres choix pour montrer à la France entière que l'interprofession du val de Loire a complètement oublié qu'elle est au service et financée à 75% par les viticulteurs et qu'il est tant maintenant de compter chaque centime pour qu'il soit efficace et profitable à "tous"l es vignerons et "toutes" les appellations. Quant au fait que l'AOC Montlouis puisse "s'en tirer hors d'Interloire" je ne suis pas très inquiet, quand on connais la part des cotisations des vignerons qui sert à financer uniquement la structure ça n'est pas difficile d'envisager de faire simplement un peu mieux.
Lalau Hervé - Le 27 janvier 2012 à 11:44:13
Comme journaliste, utilisateur indirect des services d'une interprofession comme Interloire, et comme relai vis à vis du consommateur, je suis demandeur d'une communication mettant plus l'accent sur le terrain, les spécificités des vins, plutôt que de campagnes d'image commune quelque peu réductrices.Vendre la Loire terre de sauvignon en Chine, c'est peut-être une bonne idée, mais en Europe, on s'intéresse plus à Montlouis, Vouvray, Touraine, Jasnières, Chinon, Bourgueil, voire aux vignerons qui composent cette mosaïque, au delà de leur appellation. Quant au Salon des Vins de Loire, j'espère qu'il va continuer, car c'est l'un de deux salons les plus intéressants en France: on sait pourquoi on y va - les vins de Loire - et on en déguste. C'est une vitrine essentielle pour les petits et moyens producteurs.
FRANCOIS CHIDAINE - Le 26 janvier 2012 à 18:10:50
A tous ceux et celles qui se cachent et n'osent pas dévoiler leur identité, je voulais juste apporter un éclairage sur mes propos. Je ne suis pas contre une interprofession, je suis simplement révolté à l'idée que l'interprofession puisse imaginer que nous existons grâce à elle! La vérité, c'est qu'elle est financée à plus de 75% par les vignerons et qu'à ce titre, eux seuls ont la légitimité de choisir la communication de leur appellation. (Ce n'est pas un problème du XXIème siècle, c'est juste rendre à César ce qui lui appartient.) Les quelques vignerons qui pensent avoir encore un intérêt dans cette soi-disant structure qui défend les appellations ne sont pas dans l'intérêt collectif mais plus dans l'intérêt politique et syndical qui servent leurs propres intérêts. Le jour où il y aura un vrai débat dans cette interprofession, comme dans les autres, nous pourrons nous mettre tous autour de la table et élaborer de véritables projets. Il faut bien comprendre que ce ne sont pas moins de 8.5 millions d'euros par an qui sont investis dans la structure Interloire dont les résultats nous laissent très perplexes (chute des cours, perte d'image des AOC, affaiblissement des vignerons). A bon entendeur, salut.
hubert - Le 24 janvier 2012 à 22:13:57
Le sérieux de M chidaine ne peut être remis en cause que par quelqu'un qui n'a pas encore eu son courage ou par un gros feignant qui envoie ses courriels durant son temps de travail.... Merci à vous M Chidaine. D'autres ODG vont certainement vous suivre...
cedricsac - Le 23 janvier 2012 à 21:25:58
Enfin un viticulteur faisant partis du "systeme" Interloire pousse un coup de gueule pour denoncer l'inefficacite de ceuli-ci, en ne se contentant pas juste d'en profiter. Salutations
jean - Le 23 janvier 2012 à 16:50:29
On ne peut se réjouir qu'un viticulteur engagé et actif (un président) consacre en plus du temps à se plaindre du fonctionnement d'une organisation collective"fédérative" ,par rapport à la sienne. Comment l'AOC Montlouis,qui plus est appelé "sur Loire", peut-elle s'en tirer hors d'Interloire ?Est-ce sérieux?
[ LAISSER UN COMMENTAIRE ]
Code de validation :
Recopier le code :
Identifiez-vous ou inscrivez-vous sur vitisphere pour ne plus avoir besoin de saisir le code de sécurité
Processing
Une faute d'orthographe, une erreur à signaler ? Une précision à apporter ? Ecrivez à redaction@vitisphere.com avec votre info ou votre correction. Nous y porterons toute l'attention nécessaire.
[ LES AUTRES GRANDS THEMES DU VIN A LIRE SUR VITISPHERE ]
Haut de page
 
AGENDA





LA SELECTION DU SALON
VOS REACTIONS SUR LE FIL

 

LES ACTUALITÉS

LES PETITES ANNONCES

LES LIENS UTILES

VOS BESOINS

LES SERVICES

JE RECHERCHE