Vendanges 2017

L’Italie bien positionnée pour être le premier producteur mondial de vin

Jeudi 10 août 2017 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 16/08/2017 11:38:47

Très précoce par rapport à la décennie passée, le millésime s'annonce réduit dans l'ensemble du vignoble européen.Très précoce par rapport à la décennie passée, le millésime s'annonce réduit dans l'ensemble du vignoble européen. - crédit photo : Coldiretti
Pour la troisième année consécutive, le titre de première nation vinicole semble assuré pour l'Italie. La France serait en troisième position, derrière l'Espagne.

En avance de 10 à 15 jours, la récolte 2017 s’est lancée dans le vignoble européen, de quoi permettre d'affiner les estimations de récolte. Comme en 2015 et 2016, l’Italie serait nettement le premier pays producteur de vin dans le monde. Les dernières prévisions transalpines oscillent entre 43,9 et 46,6 millions d’hectolitres produits, selon Coldiretti (la Confédération Italienne des Cultivateurs Directs). Soit une baisse de 10 à 15 % par rapport à la bonne récolte 2016. Le vignoble français arriverait en troisième position, avec 37,6 millions hl. Soit une baisse des rendements de 17 % par rapport à la petite production 2016, selon le Service de la Statistique et de la Prospective du ministère de l’Agriculture.

Arrivant en seconde position, l’Espagne table sur une production de 38,3 millions hl, soit une baisse de 12 %, selon les annonces de la dernière assemblée générale des caves coopératives de Castille-La Manche, rapportées par le site SEVI.

Annus horribilis

Rappelant au site italien WineNews la sécheresse de 2012 et les pics de chaleur de 2015, le millésime 2017 pourrait marquer l’histoire viticole européenne, les mêmes aléas climatiques ayant touché simultanément les principaux pays producteurs au monde.

En Espagne, France et Italie, les rendements pâtissent ainsi d’une année au climat atypique. L’hiver doux a conduit à un débourrement précoce, le vignoble prêtant le flanc à des gelées tardives aux dégâts conséquents. Après des épisodes localisés de grêle, la chaleur et la sécheresse pèsent sur le millésime. En Italie, les baisses de récolte attendues sont de 30 % à Franciacorta, de 20 % en Toscane… En France, la récolte s’annonce « historiquement basse, inférieure à celle de 1991, concernée elle aussi par un gel sévère », comme le rappelle le ministère de l’Agriculture. Les pertes de récolte s’élèvent à -50 % à Bordeaux, -30 % en Alsace, -30 % à Cognac, -10 % dans le Sud-Est… Premier vignoble espagnol, la communauté autonome de Castille-La Manche estime perdre 11 % de ses volumes en 2017 (avec 21,5 millions hl).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé