Une nouvelle tendance ?

Un recul du prix des terres de vignes en Champagne

Mardi 30 mai 2017 par Christelle Stef

Robert Levesque, directeur de Terres d'Europe - ScafrRobert Levesque, directeur de Terres d'Europe - Scafr - crédit photo : Christelle Stef
En 2016 le prix moyen des vignes AOP est globalement resté stable (+0,1 %). En Champagne, il accuse un recul de 2,6 %.

« Le prix des vignes évolue selon les débouchés », a expliqué Robert Levesque, le directeur de Terres d’Europe – Scafr le 30 mai, à Paris lors de la conférence de presse sur le prix des terres organisé par la FNSafer.

Un différentiel de 30 000 €/ha en Champagne

En 2016 pour les AOP, le prix moyen des vignes s’établit à 140 600 €/ha. Il est donc globalement stable par rapport à l’an passé. Deux phénomènes expliquent cette stabilité. D’un côté, le prix moyens des vignes AOC hors Champagne progresse de 3,8 % pour atteindre 66 500 €/ha. De l’autre celui des vignes en Champagne recule de 2,6 % et arrive à 1 113 500 €/ha, soit un différentiel de 30 000 €/ha comparé à 2015. En cause : une baisse des ventes de Champagne en France mais aussi au Royaume-Uni, le premier marché export pour la région. Toutefois « Entre 1993 et 2015, le prix des vignes en Champagne avait été multiplié par quatre », tempère Robert Levesque.

Pour les eaux de vie, une hausse de 1,7 %

Pour les eaux de vie AOP (Cognac, Armagnac), le prix moyen des vignes s’établit à 43 400 €/ha, soit une hausse de 1,7 %. « Il a été multiplié par 2,3 entre 2000 et 2016 », a précisé Robert Levesque.

Hors AOP, le prix moyen des vignes atteint 13 400 €/ha, soit une augmentation de 2,2%. Le Languedoc-Roussillon connaît un regain d’activité ces dernières années. «40 000 ha ont été arrachés. Entre 2009 et 2016, le prix des vignes a augmenté de 18 % », a indiqué Robert Levesque.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé