Œnotourisme et phytos

Mal lunée, cette campagne ne passe pas en Champagne

Vendredi 14 avril 2017 par Juliette Cassagnes
Article mis à jour le 05/05/2017 13:45:03

'Le vignoble de Champagne, tout un monde à explorer' illustre bien maladroitement la campagne retenue par le Service d'Information Gouvernemental.'Le vignoble de Champagne, tout un monde à explorer' illustre bien maladroitement la campagne retenue par le Service d'Information Gouvernemental. - crédit photo : SIG
Une malencontreuse publicité touristique représentant un cosmonaute dans les vignes a créé du remous la semaine dernière en Champagne. Celle-ci rappelle trop le sujet des produits phytosanitaires et donc nuit à son image...

Alors que Bordeaux s'interroge sur la façon de communiquer sur les phytos auprès de ses riverains, la Champagne fait de son côté tout pour empêcher la nouvelle publicité du Conseil Interministériel du Tourisme, diffusée par l’agence nationale chargée de la promotion du tourisme au niveau national. Pour promouvoir différents sites touristiques, dont la Champagne viticole, celle-ci a fait le choix d’un visuel représentant un cosmonaute décliné dans de multiples situations : sur la dune du Pilat, au cap Fréhel… Pour la Champagne, on le voit représenté au milieu des rangs de vignes.

Sauf que cette association rappelle évidemment les Équipements de Protection Individuelle (EPI) portés lors des traitements phytosanitaires… Un rapprochement qu’ont aussitôt fait les internautes sur Twitter, la publicité ayant été relayée sur cette plateforme par le site d’information du gouvernement, le 6 avril dernier.

"C’est un bad buzz"


Une série de tweets « acerbes » et moqueurs ont ainsi été déposés durant toute cette journée : « Un monde à explorer en combinaison d’astronaute pour éviter de respirer l’air pollué aux pesticides ! Merci gouv.fr, mais on le sait déjà », peut-on par exemple y lire… Ou encore : « 35 traitements par an rendront effectivement la planète inhabitable… Beau message ! »

Fort mécontents de ce début de « bad buzz » lié à cette publicité pour laquelle ils n’avaient pas été concertés, les responsables professionnels de la viticulture champenoise ont aussitôt réagi, qualifiant cette initiative de « maladroite », voire de « bévue », car « portant atteinte à l’image de la Champagne ». Il est vrai que le sujet est ultra-sensible dans le vignoble et que l’association Champagne + phytosanitaires doit être évitée à tout prix.

« C’est un petit coup de canif à notre image, portant sur un sujet sur lequel nous avons fait tant d’efforts depuis quinze ans, en diminuant par deux les quantités de produits utilisés », se défend Thibaut le Mailloux, directeur de la communication du CIVC. Une demande a été faite auprès du service d’information du gouvernement pour retirer l’image… Mais cette dernière est jusqu’à présent restée en ligne.

Rectificatif du 18 avril :

Si la campagne en question est hébergée par Atout France, elle a été commandée par le Conseil Interministériel du Tourisme (CIT) et élaborée par le Service d'Information du Gouvernement (SIG).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
LIRE LES COMMENTAIRES
CognacXO Le 20 avril 2017 à 00:41:37
Ah...la belle bourde... fallait pas sortir de saint cyr pour comprendre l'amalgame qui aurait pu être faite avec cette pub...et pourtant, si...ce sont bien des énarques qui nous ont pondu cette belle connerie...Au moment où toute la viticulture française ( et encore plus en champagne...) fait les efforts nécessaires pour réduire l'utilisation des produits phytosanitaires et redorer son blason auprès du grand public, ces chers ( en terme de prix, bien sur...) conseillers du gouvernement nous balancent une image qui en dit long sur leur incompétence, mais aussi sur leur méconnaissance des problèmes du port des ÉPI sur le terrain viticole... Si une petite Remontada de bretelles aux ministères concernés ne suffit pas pour qu'ils enlèvent cette ânerie, je pense qu'une petite cyber attaque bien ciblée devrait leur faire entendre raison. P.S: La même pub pour le Cap frehel, c'est pour respirer l'air pollué aux émanations dues aux algues vertes ?
Aioly Le 15 avril 2017 à 11:15:42
Il faut assumer que les viticulteurs se protègent au maximum par mesure de précaution même si les produits utilisés sont peu toxiques et communiquer sans relâche. Un viticulteur bio doit aussi se protéger quand il applique du soufre qui est irritant.
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé