Importations

L'alerte des 20 000 viticulteurs de Pays d'Oc

Jeudi 06 avril 2017 par AFP

Les producteurs d'IGP pays d'Oc lancent un appel aux consommateurs pour les alerter sur les tromperies sur l'origine des vins.Les producteurs d'IGP pays d'Oc lancent un appel aux consommateurs pour les alerter sur les tromperies sur l'origine des vins. - crédit photo : Jason Rosewell
L'IGP Pays d'Oc lance à partir de ce 6 avril dans la presse nationale et régionale une «alerte» aux consommateurs concernant la «concurrence déloyale» des vins espagnols.

«Alerte consommateur ! Concurrence déloyale sur la viticulture française !», s'exclament dans cette campagne les producteurs de l'Indication Géographique Protégée (IGP) Pays d'Oc, dont le siège est situé à Lattes (Hérault), près de Montpellier.

A LIRE AUSSI

Inquiétude et exaspération
Les vignerons du Gard sont remontés à bloc
Dans le cortège de Narbonne
"Nous avons dû réduire les acomptes"

«Vous êtes aujourd'hui trompés par une présentation et un étiquetage qui peuvent être confusants», écrivent dans ce texte transmis à l'AFP et signé «les 20.000 vignerons du vin Pays d'Oc IGP en Occitanie».

Tromperie du consommateur

«En effet», poursuivent-ils, «sont commercialisés sous des marques à consonance française des vins d'origine européenne et plus particulièrement d'Espagne.» «Ces vins matières premières sont fournis à bas prix aux enseignes et par la suite vendus dans les rayons au même prix que nos vins français sans en présenter les mêmes garanties», assurent-il.

«L'exaspération gagne tous les jours un peu plus notre vignoble devant l'immobilisme de l'Etat malgré les fraudes caractérisées et dénoncées depuis plusieurs mois», soulignent-ils encore en appelant à la «vigilance» et à la «solidarité» des consommateurs «pour faire stopper ces pratiques déloyales».

Les consommateurs sont notamment invités à témoigner ou faire part des «anomalies» constatées dans les rayons des distributeurs par message électronique à l'adresse alerteconso@vinspaysdoc.fr.

"Nous avons besoin de vous pour être entendus"

«Nous avons décidé d'agir en vous interpellant directement, nous avons besoin de vous pour être entendus», concluent les producteurs de vin de Pays d'Oc.

Dans une note distincte transmise à l'AFP, le syndicat explique avoir constitué «un faisceau large de preuves et d'indices constitutifs d'un détournement de notoriété et de confusion dans l'étiquetage et la présentation à la vente, sur lesquels il s'appuie pour organiser la défense des vignerons et des consommateurs, sans déborder sur les prérogatives de la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes ndrl) dont les enquêtes sont engagées depuis plusieurs semaines».

Les viticulteurs de l'Aude, du Gard et de l'Hérault dénoncent depuis des mois la commercialisation, sous des noms et des codes marketing français, de vin espagnol parfois placé par la grande distribution dans les rayons de produits locaux.

De multiples protestations ont eu lieu ces derniers mois. La colère du monde viticole s'est notamment manifestée par une recrudescence des actions clandestines signées «Cav» (Comité d'action viticole), groupuscule radical de la viticulture languedocienne, contre des supermarchés ou des locaux de négociants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
LIRE LES COMMENTAIRES
rol Le 11 avril 2017 à 16:22:02
! Ces vins sont bien identifiés Espagne sur la contre étiquette ....dixit Grami .!!!! Voila qui regle "cette" question ....mais il y en a certainement d'autres à regler en évitant la manipulation...
Grami Le 11 avril 2017 à 11:41:03
Vous êtes sûrs qu'on vit sur la même planète ? Vous ne mettez jamais les pieds en GD les gars ! Ces vins sont bien identifiés Espagne sur la contre étiquette (en tout petit ) mais annoncés comme Pays d'oc sur la référence code barre du rayon et facturés comme tel sur le ticket de caisse. Quand aux colles d'espagnols il y a 30 ans qu'il n'y en a plus ! !!!! Vous êtes pas de la famille à Kope non ? La réalité n'est pas votre quotidien ! !!
rol Le 10 avril 2017 à 17:07:00
Qui peut croire et dire que des vins espagnols seraient vendus sous l'etiquette Pays d'Oc ; la responsabilité de la G D serait tellement grave vis à vis de la DGCCRF que ce n'est meme pas imaginable... Par contre que ces vins soient mélangés sur le linéaire , mis en BIB ou en bouteille en France ,cela est tout à fait possible....mais imaginez plus .....il faut n'avoir jamais eu affaire avec les acheteurs de la GD et encore moins avec les Fraudes....
craoux Le 10 avril 2017 à 14:35:08
Sacré Grami, la manipulation a encore de beaux jours devant elle ! ... comment écrire sérieusement " .... en faisant boire au consommateur ignorant de l'Espagne sous une référence Pays d'oc." Si tel était le cas, cela voudrait dire a minima que les contrôles interne et externe (respect du CDC IGP Oc) auraient été gravement inefficaces (quid du contrôle des lots à l'embouteillage). Ou alors, il faut revoir la pression de contrôle ! ... la réponse n'est donc pas vraiment dans le fait d'exhorter les producteurs à aller au carton et aller foutre le bordel !
Grami Le 10 avril 2017 à 07:53:42
Sacré craoux, toujours aussi provocateur ! J'ai pu vérifier moi même dans les rayons ce que le syndicat des pays d'oc dénonce : il s'agit bel et bien de fraudes caractérisées. Ils ont bien raison de se défendre car tout comme pour nos marques de luxe certains négociants et GD font du détournement de notoriété en faisant boire au consommateur ignorant de l'Espagne sous une référence Pays d'oc. Effectivement personne ne comprend la lenteur de l'enquête des douanes. Alors les esprits s'échauffent avec des violences et des dégradations. Lorsque l'état abandonne ses fonctions régaliennes il se crée des zones de non droit : c'est vrai en GD comme dans les banlieues. ..Et la loi du talion devient la règle ! ! Je terminerai en citant Romain Rolland : "Quand l'ordre est injustice, le désordre est déjà un commencement de justice "
albert Le 09 avril 2017 à 23:02:52
A Bacconnier : de quelle escroquerie parlez-vous ? Si le consommateur prend la peine de lire une étiquette, il saura ce qu'il y a dans la bouteille : vin de France, vin d'Espagne ou mélange de vins de l'UE (donc, dans ce dernier cas, on est à 90-99% sur une origine Espagne). En réalité, les leaders syndicalistes et Gravegeal en tête font s'emballer l'Occitanie sur la base de très mauvaises raisons, mais en espérant inscrire leur action dans un temps " politique " (Le Foll les écoute plus que distraitement désormais ... et du coup, ils font d'ores et déjà faire savoir au futur gouvernement que le LR peut encore "bouger").
Norbert Le 09 avril 2017 à 21:44:33
On attend avec impatience des exemples concrets (qui auraient échappés à la DGCCRF)... En attendant quand je lis que les vins sont "vendus dans les rayons au même prix que nos vins français sans en présenter les mêmes garanties", je m'interroge sur les garanties en question. En principe ces vins sont conformes au droit européen et offrent donc les mêmes garanties que nos vins français...
craoux Le 08 avril 2017 à 12:36:59
Je suggère à ces 20000 viticulteurs d'Occitanie (je dis "viticulteurs" car un viticulteur n'est pas forcément un vigneron ... le vigneron conduit sa vigne pour amener ses raisins au top car il prend en charge la vinification et l'élevage de ses produits .. et en assure la vente) de ne plus envisager - pour ceux qui en engagent aux vendanges - de faire venir des colles de vendangeurs espagnols. Les salaires sont tellement attractifs (n'est-ce pas !) que ces "employeurs" n'auraient vraiment aucun mal à trouver d'autres bras ... pas vrai ? Chiche ...
Guimbelot Le 08 avril 2017 à 08:42:10
C'est un combat d'arrière garde qui montre à mon sens l'incapacité du monde syndical viticole à faire face à la concurrence : au secours état protège nous (nouvelle version du libéralisme d'oc). Ce que constatent les consommateurs Français, c'est que nos amis viticulteurs Italiens ou Espagnols, conçoivent aujourd'hui des productions de très grande qualité, à un niveau même supérieur à la majorité de nos productions, hélas!
Bacconnier Le 07 avril 2017 à 20:43:15
Vous avez parfaitement raison, car c'est une escroquerie du consommateur, en effet tous ces vins de marques ronflantes qui sont passer en vin d'Esapagne à bas prix, les prix de vente aux clients final le consommateur n'ont pas baisser
craoux Le 06 avril 2017 à 18:34:35
Doit-on louer la filière IGP Oc pour cette action syndicale ? Pas sûr, car là on touche le fond tant l'objectif manque de sincérité, de clarté ! ... J'aurais même envie de demander au grand Jacques les raisons d'une telle démarche "confusante" dont on voit bien qu'elle amalgame deux thèmes tout en "jouant" avant tout sur l'aspect "il faut nous aider et refuser le vin espagnol" : thème 1/ on dénonce des pratiques d'étiquetage d'un certain négoce (ndlr: mais alors, que fait la DGCCRF qui n'aurait "rien vu" de répréhensible à ce jour !) et thème 2/ on fustige une fois encore la concurrence des vins espagnols (mais là, je pense nécessaire de rappeler que, si l'Espagne a choisi le statut VSIG pour produire d'honnêtes vins cépagés à 120, 140 voire 150 hl/ha le cas échéant, "nous" les Français, nous nous sommes fait fort de rester boxer exclusivement sous statut IGP (et pourquoi au fait la filière n'a-t-elle jamais voulu reconsidérer l'accès à l'irrigation / ce sujet est trop tabou pour les "purs", qui ne veulent pas du saccharose et s'en fichent d'utiliser des MCR ... espagnols ... je n'oublie pas qu'il y a un angle bien délicat pour aborder le sujet irrigation -> gestion de la ressource ! ) ? ). Donc, en résumé, je trouve cette démarche syndicale bien détestable.
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé