Dans les vignes

Un débourrement très précoce

Mardi 04 avril 2017 par Christelle Stef

La vigne a démarré précocement. Les viticulteurs craignent le risque de gelLa vigne a démarré précocement. Les viticulteurs craignent le risque de gel - crédit photo : Lucie Marné
La vigne s’est réveillée très tôt cette année. Dans certains vignobles, les viticulteurs ont été pris de court.

L’année 2017 démarre sur les chapeaux de roues. Au 3 avril, dans le Gard, les parcelles les plus précoces présentaient entre quatre et six feuilles étalées sur le chardonnay et trois à cinq feuilles étalées sur grenache. Exceptionnel à cette date. Même chose dans le Vaucluse. « Nous sommes en moyenne au stade 2 à 3 feuilles étalées. Nous avons une dizaine de jours d’avance par rapport à 2016 qui était déjà précoce. C’est le débourrement le plus précoce de ces douze dernières années », note Eric L’Helgoualch, de la chambre d’agriculture.

En Bourgogne, similarités avec printemps 2014

Plus au nord les vignes se sont également réveillées plus vite que prévu. Les stades n’atteignent pas ceux du Midi, mais sont quand même avancés pour la saison. « Les températures moyennes de février et de mars ont été largement excédentaires, avec quasiment 2 °C de plus que les normales. Dans la Côte, sur chardonnay le débourrement est en cours avec des stades allant de «pointe verte» à «éclatement du bourgeon». Sur pinot noir, les stades oscillent entre « bourgeon dans le coton » et « pointe verte ». 2017 démarre sur les mêmes bases que 2011 et 2014. Il y a 15 jours d’avance par rapport à l’an passé », rapporte Benoît Bazerolle de la chambre d’agriculture de Côte d’Or. Dans le Muscadet, les vignes sont au stade « éclatement du bourgeon », voire « une feuille étalée » dans les secteurs les plus précoces. « ça débourre bien et régulièrement », explique Nadège Brochard-Mémain, de la chambre d’agriculture de Loire-Atlantique.

Le pliage des baguettes rendu délicat

Cette précocité a pris de court les vignerons. « Certains n’ont pas fini de tailler. D’autres sont encore en train d’arquer. Sur les cépages les plus précoces, l’opération est devenue délicate. Il faut faire preuve de doigté pour éviter de casser les bourgeons. En plus comme il fait sec, les baguettes manquent de souplesse, ce qui accentue le risque de casse », rapporte Marie-Noëlle Lauer, de la chambre d’agriculture d’Alsace. Dans le Centre, les travaux se bousculent aussi. « Il y a encore beaucoup de vignes à plier. Les vignerons sont aussi en train de se faire déborder pour l’entretien des sols car l’herbe pousse très vite. Normalement en cette période, ils réparent également le palissage. Là, beaucoup n’auront pas le temps de le faire », rapporte François Dal, de la Sicavac à Sancerre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé