Coordination Rurale

11 propositions viticoles pour 11 candidats à la présidentielle

Mardi 04 avril 2017 par Alexandre Abellan

L’essentiel de ces propositions ont déjà été présentées aux candidats, ou leurs équipes, ayant visité le stand de la Coordination Rurale lors du Salon International de l’Agriculture (cette fin février).L’essentiel de ces propositions ont déjà été présentées aux candidats, ou leurs équipes, ayant visité le stand de la Coordination Rurale lors du Salon International de l’Agriculture (cette fin février). - crédit photo : CR
Le syndicat agricole publie ce 4 avril une série de mesures pour inspirer les candidats à l'élection présidentielle. De la relance des aides MC/MCR à la réforme du calcul de l’IFT en passant par l’inévitable concurrence des vins espagnols : le syndicat balaye large.

« La réussite de prestigieux châteaux et domaines, ne peut être considérée comme une généralité. Aujourd’hui, de nombreux vignerons n’arrivent plus à vivre correctement de leur métier » pose la Coordination Rurale dans son programme de relance viticole. S’alarmant des difficultés récurrentes à Bergerac, en Languedoc, Muscadet et Roussillon, le deuxième syndicat agricole vient d’adresser onze revendications aux candidats des prochaines élections présidentielles et législatives. Plus concis que le livre blanc des Vignerons Indépendants de France, ce programme n’en est pas moins diversifié. Si ces propositions n’évitent pas l’étape obligée qu’est la promotion de la consommation responsable du vin, elles se focalisent sur l’enjeu de la concurrence des vins espagnols, qui enflamme le vignoble languedocien.

La Coordination rurale propose de « supprimer les sur-transpositions françaises de la réglementation européenne ou d’interdire l’importation des produits ne répondant pas aux exigences françaises en matière de production ». Cette approche de la préférence nationale se retrouve également à l’amont de la filière. Le syndicat souhaitant privilégier la pépinière viticole française « en contrôlant systématiquement l’état sanitaire de toutes les importations » et en rendant obligatoire la « mention de l’origine sur l’étiquette des produits de la vigne* ».

Bonnes pratiques

Sujet sociétal s’imposant dans le débat public, le voisinage entre domaines viticoles, écoles et riverains est également présent dans ce programme. La Coordination rurale vise l’arrêt du « mitage par les constructions et la multiplication des zones de non-traitement » en insérant dans le Plan local d’urbanisme que les nouvelles habitations prévoient à leur charge la mise en place d’une zone de protection. Pour le volet phyto, la Coordination rurale préconise un nouveau mode de calcul de l’Indice de fréquence des traitements, en retirant les traitements de lutte obligatoire contre la flavescence dorée.

« Non exhaustives », ces propositions marquent également le retour de revendications qui semblaient avoir disparu du débat public, comme les aides aux Moûts Concentrés et Moûts Concentrés Rectifiés. Et pour sécuriser l’étanchéité du potentiel de production entre vignobles, le syndicat agricole demande que les transferts de plantation soient également limités à l’accord préalable entre bassins viticoles.

 

* : Précisant que cette mention « devrait être au moins aussi grande que la contre-étiquette et d’une taille supérieure à celle de la marque ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé