Promo Carrefour

0,96 € le col d’AOC Bordeaux, cagnottage caricatural pour la filière

Mardi 07 mars 2017 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 14/03/2017 17:31:19

« Cette opération est trop caricaturale pour porter atteinte à l’image des vins de Bordeaux auprès des consommateurs » estime le président du CIVB.« Cette opération est trop caricaturale pour porter atteinte à l’image des vins de Bordeaux auprès des consommateurs » estime le président du CIVB. - crédit photo : Catalogue Carrefour du 28 février au 13 mars.
Avec un bordeaux à moins d’un euro/bouteille, les supermarchés Carrefour donnent dans l’inédit. Si ce n’est pas exactement la promotion que les opérateurs girondins comptent donner à leurs vins, ils sont obligés de s’en accommoder.

96 centimes d’euros la bouteille d’appellation Bordeaux, qui dit moins ? Repérée par Rayon Boissons*, la promotion réalisée ce 4 mars dans le réseau national des hypermarchés Carrefour est sans précédent. Référencées 4,80 euros/col, 150 000 bouteilles « Comte de Talem » ont été vendues avec une remise de 80 % sur la carte de fidélité des clients. Produisant cette marque, le négoce Bertrand Ravache précise dans un communiqué ne pas être responsable de ces prix cassés : « l'utilisation des budgets des enseignes ne sont pas du ressort des fournisseurs ».

Une bouteille de Bordeaux en deçà de l’euro symbolique qui ne correspond pas vraiment au positionnement recherché par la filière. « Ces opérations ne sont pas bonnes pour la valeur des produits. Cela crée de la confusion » tonne Bernard Farges, le président du syndicat viticole de Bordeaux. « Ce massacre des prix est certainement un bon coup de pub pour l’enseigne, mais pas pour le produit… Même si aucun consommateur ne peut raisonnablement imaginer qu’il s’agit de son vrai prix. »

"Hors du contrôle de la filière"

« Quand on voit une réduction à -80 %, ce n’est pas crédible » renchérit Allan Sichel, le président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux. Soulignant que le prix de base est « raisonnable », le négociant se préoccupe d’avantage des mécanismes permettant à la grande surface de rogner ainsi sur son prix de vente. « La technique du cagnottage interpelle. Elle ne passe pas forcément par un bas prix du fournisseur, mais sur la prise de marge sur d’autres produits » regrette-t-il.

Ayant déjà perturbé le marché bordelais il y a quelques années, ces opérations sont légales, comme l’ont démontré de précédentes enquêtes des Fraudes. « Il ne s’agit pas de ventes à perte, mais du recours à des budgets marketing dédiés » explique Bernard Farges. Une mécanique qui laisse la filière bordelaise témoin de ces actions de promotion agressives, sapant son travail de promotion, bien inoffensive en regard.

 

* : Pas bégueule, Rayon Boissons précise qu’Intermarché conserve la palme du vin le moins cher en GD, avec 89 cts/col fin 2016.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
LIRE LES COMMENTAIRES
Fournier-Sicre Le 11 mars 2017 à 02:50:53
Ceci est scandaleux et particulièrement méprisant pour les viticulteurs qui depuis des années font tout pour améliorer leur produit malgré les contraintes de toute sorte, contrôles, charges, paperasses inutiles et au final la pression aveugle des grandes surfaces. Il est temps que les viticulteurs prennent leur indépendance pour commercialiser leurs vins de qualité et mettent á l'index les grandes surfaces qui participent au dumping. Les romains dans leur sagesse distinguaient par des noms différents le vrai vin du vin coupé d'eau.
Guy Salmona Le 10 mars 2017 à 19:53:37
Personne n'est dupe ! N'essayez surtout pas de nous faire croire que le négociant n'est pour rien dans le prix final de cette bouteille ni qu'un hypothétique cumul de budgets de l'enseigne nous a fait parvenir à ce prix purement et simplement fracassé ! Je plains sincèrement les vignerons bordelais qui, pour la plupart, bossent dur pour promouvoir leurs vins... Par ailleurs vous laissez entendre, assez légèrement, qu’Intermarché conserve la palme du vin le moins cher en GD, avec 89 cts/col fin 2016. Mais il s'était agi d'un vin de cépage espagnol donc, comme tel, produit dans des conditions de rendement bien différentes! Ca n'a vraiment rien à voir...
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé