Big data

Bordeaux pose les jalons de son observatoire viticole

Jeudi 16 février 2017 par Alexandre Abellan

« Si les informations avaient été partagées dès 2008, on aurait pu anticiper l’émergence des maladies du bois avant leur explosion » estime Muriel Barthe, au palais des congrès de Bordeaux.« Si les informations avaient été partagées dès 2008, on aurait pu anticiper l’émergence des maladies du bois avant leur explosion » estime Muriel Barthe, au palais des congrès de Bordeaux. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Évoqué depuis des années, le projet de plateforme réunissant toutes les données techniques du vignoble girondin s’est intégré dans le plan national de dépérissement. Et espère voir le jour en 2018.

Avec l’Observatoire du vignoble bordelais, « l’objectif est de créer le Waze* de la viticulture. Un outil collaboratif pour mettre en réseau toutes les informations entre les viticulteurs, l’Etat et les chercheurs » s’enflamme Muriel Barthe, la directrice technique du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB). Présentant ce projet ce 14 février, lors de la treizième matinée technique de l’interprofession girondine, elle ne cache pas qu’il est particulièrement ambitieux. Cet observatoire départemental devant voir le jour en 2018. « Les partenariats entre privé et public ne sont pas évidents à mettre en place. Il ne s’agit pas de créer ex nihilo une base de données, mais de faire communiquer celles existantes » souligne-t-elle.

Croyant dans la nécessité de relier les données viticoles éparpillées pour mieux anticiper les évolutions de l’outil de production, elle ajoute que le projet figure dans les priorités pour 2017 du plan national contre le dépérissement. L’observatoire du vignoble bordelais serait un ballon d’essai, lancé avec une autre région pilote, afin de démontrer la faisabilité de ce projet (selon la démarche anglo-saxonne de « Proof Of Concept »). Le cas échéant, de tels observatoires seraient transférés dès 2018 au niveau national. Pour l’instant, le projet en est à sa phase d’inventaire des données viticoles existantes (des parcelles expérimentales de l’INRA en passant par les cahiers de suivi des propriétés ou les statistiques des interprofessions).

Mise en ligne pour 2018

En attendant qu’un autre bassin viticole soit choisi, Bordeaux est sur les rangs. Évoquant depuis des années le projet d’une plateforme réunissant toutes les données de sa filière, le CIVB ne peut qu’être motivé par ce volet du plan dépérissement. Pour l’heure, ses services techniques évoquent un outil d’aide à la mise en place de confusion sexuelle (en recensant les zones engagées et permettant à ceux souhaitant se lancer de rejoindre un réseau existant), ainsi qu’un accompagnement administratif pour l’inscription au Certyphyto (et le suivi des dossiers de chaque membre d’une entreprise).

« Si on prouve que cela marche sur des sujets faciles, on pourra le décliner sur des sujets plus compliqués » note Muriel Barthe. À terme, elle évoque des outils regroupant l’ensemble des réseaux bordelais de suivi de maturité, ou le suivi des traitements phytosanitaires.

 

* : Du nom de l’application GPS permettant d’optimiser ses trajets en voiture à partir des notifications d’autres usagers de la route (accident, bouchons, travaux…).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé