Etiquetage vin

La Commission privilégie l'autoréglementation

Lundi 13 mars 2017 par Marion Sepeau Ivaldi
Article mis à jour le 14/03/2017 16:10:54

Les boissons alcoolisées bénéficient d’une législation particulière en matière d’étiquetage nutritionnel. Elles en sont exemptées.Les boissons alcoolisées bénéficient d’une législation particulière en matière d’étiquetage nutritionnel. Elles en sont exemptées. - crédit photo : Pixabay
Dans son rapport publié le 13 mars, la DG Sanco invite les professionnels à revenir vers elle dans un an avec une solution sur l’étiquetage des ingrédients et des calories.

Un an : c’est le temps donné aux professionnels du secteur des boissons alcoolisées pour proposer une solution sur l’étiquetage des calories. Les boissons alcoolisées bénéficient d’une législation particulière en matière d’étiquetage nutritionnel. Elles en sont exemptées. Le Parlement européen a, en avril 2015, pressé la Commission européenne d’avancer sur ce dossier, en prenant une position favorable sur l'étiquetage des calories sur toutes les boissons alcoolisées. La Commission apparaît donc plus nuancée que les députés européens dans son rapport publié ce 13 mars. Elle écrit ainsi : "la Commission estime qu’il convient, dans un premier temps, de favoriser le renforcement des initiatives volontaires actuelles visant à fournir la liste des ingrédients et la déclaration nutritionnelle. Elle invite donc le secteur à répondre aux attentes des consommateurs et à présenter, dans l’année suivant l’adoption du présent rapport, une proposition d’autoréglementation couvrant l’ensemble du secteur des boissons alcoolisées"

Opposition catégorique des producteurs

Mais cette proposition plutôt nuancée de la Commission européenne n’est pas du goût des représentants professionnels du vin français. Notamment par la voix de la Cnaoc, ils adoptent une position dure, refusant tout principe d’étiquetage. Arguant que deux études (une TNS/SOFRES, l’autre de la Commission européenne datant de 2005) démontrent qu’il n’y a pas d’attentes des consommateurs en matière d’étiquetage nutritionnel, les producteurs français mettent en avant l'inapplicabilité d’une telle législation. « Le vin est un produit vivant, qui n’est pas maîtrisable comme d’autres produits agro-alimentaires. Chaque année le taux d’alcool, donc de calories est modifié. Il faudrait adapter les étiquettes » indique la Cnaoc. Sans compter que lors du vieillissement, les taux sont également modifiés. Il faudrait donc passer à un étiquetage juste avant la commercialisation, ce qui aurait un impact économique non négligeable. Les producteurs ne sont donc pas prêts à négocier toute évolution de la législation sur l’étiquetage et rappellent que la vocation d’une étiquette n’est pas « sanitaire mais bien marketing ».

La voie du web

Le négoce européen, par la voix du Comité vin, adopte une position plus pragmatique. S’il est opposé à l’étiquetage des calories, il apparaît plus ouvert. « Nous pensons qu’il y a une possibilité pour donner de l’information qui ait du sens » explique Ignacio Sanchez Recarte, secrétaire du Comité européen des entreprises du vin. Le négoce européen souhaiterait permettre : l’accès aux informations via internet en étendant l'action menée à travers le site wine in moderation. « Nous indiquons le taux de calories pour des boissons à 10° d’alcool pour différentes catégories de vin : blanc, rouge, effervescents, liquoreux » précise Ignacio Sanchez Recarte qui précise, que le négoce tient à ce que ces informations soient associées à des informations sur une diète équilibrée. « L’information sur les calories ne doit pas conduire le consommateur réfléchir en termes de substitution entre un verre de vin et une part de dessert. Expliquer comment le vin s’insère dans une diète est donc important » souligne Ignacio Sanchez Recarte. Le Comité vin souhaite aussi éviter que l’information sur les calories devienne un élément de choix pour le consommateur. D’autant que d'autres boissons alcoolisées commencent à se servir de cet argument dans un but commercial. Le cidre se vante ainsi d’être la boisson alcoolisée la moins calorique.

Reste à voir si la proposition du CEEV sera retenue par l’ensemble de la filière des boissons alcoolisées. Cette proposition reste à affiner car le négoce européen n’a pas encore tranché une question : comment porter à la connaissance des consommateurs l’existence d’informations nutritionnelles sur le web. Et l’on peut aussi se demander si ce ne sera pas par la voie de l’étiquette…

Etiquetage des ingrédients

Pour les producteurs comme pour le négoce, étiqueter les ingrédients du vin est une absurdité. « Il faudrait déjà reformuler le mot ingrédient. Les produits œnologiques utilisés sont des auxiliaires technologiques qui ne restent pas dans le vin et non un ingrédient qui entre dans la composition du produit final » souligne Ignacio Sanchez Recarte. Ce type d’étiquetage conduirait à revoir chaque année les étiquettes car les produits œnologiques utilisés sont choisis en fonction des caractéristiques de la vendange. Cette révision aurait un vrai coût pour la filière. Par ailleurs, donner le taux de sulfite pousserait à étiqueter au dernier moment puisque le taux de soufre évolue avec le temps. Enfin, rappelle le CEEV, le secteur viticole est l’un des plus régulés en terme de pratiques au travers les cahiers des charges des indications géographiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé