Salon

Vinovision modernise l’image des vins septentrionaux

Vendredi 13 janvier 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

Pierre-Edouard Marcial, de l'agence NellyRodi explique : 'les vins septentrionaux ont une nature de hackers, de pirates' Pierre-Edouard Marcial, de l'agence NellyRodi explique : 'les vins septentrionaux ont une nature de hackers, de pirates' - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
En s’associant à l’agence de prospective internationale NellyRodi, Vinovision amorce la construction d’une image résolument contemporaine des vins septentrionaux, voire avant-gardiste.

Le vignoble méditerranéen n’a pas le monopole de la modernité dans le monde du vin. Vinovision, en commandant une étude à l’agence de prospective internationale NellyRodi sur les vins septentrionaux, emmène les vins du Nord (Loire, Champagne, Bourgogne, Alsace, Rhône-Alpes et Beaujolais) dans un univers de communication résolument moderne. Cette étude répond à l’ambition de Vinovision de donner des clés de compréhension du consommateur à la fois aux exposants et aux visiteurs, en portant « un nouveau regard sur le vin ».

A LIRE AUSSI

Ici, c’est le Nord
Les vins d’Alsace se rallient au salon Vinovision
Salon des vins septentrionaux
Vinovision sur de bons rails

« Notre approche a été totalement disruptive » souligne Pierre-Edouard Martial, directeur Axe Maison et Luxe pour l’agence. Pour réaliser l’étude, NellyRodi a interviewé six personnalités issues du monde des interprofessions viticoles septentrionales et six personnalités de l’aval (sommelier, caviste, site de e-commerce) sur les spécificités du monde des vins du Nord. Pour présenter les résultats, elle a défini six moments de consommation à travers une définition novatrice des consommateurs qu’elle baptise Omni.

"Un consommateur schizophrène"

« Aujourd’hui, le consommateur veut tout et son contraire. Il est schizophrène. On constate la montée en puissance des repas végétariens et vegan tout autant qu’un intérêt croissant pour la viande de qualité et labellisée » indique Pierre-Edouard Martial. Le consommateur oscille ainsi entre des envies d’aller vite et de prendre son temps, il recherche de la simplicité tout autant que de la complexité. Et les vins septentrionaux rencontrent, selon Pierre-Edouard Martial, cette tendance. « Ils sont ouverts à la découverte grâce à leur diversité, ils affirment leur singularité en permettant de dénicher de petites trouvailles, ils sont ouverts à la modernité, ils peuvent se montrer tantôt simples tantôt complexes ».

Une nature de hackers

Des atouts que d’autres vins, notamment ceux du pourtour méditerranéen pourraient également revendiquer. Mais, explique Pierre-Edouard Martial, les vins septentrionaux ont aussi d’autres atouts : une offre diverse d’effervescents, une minéralité qui se marie aux nourritures asiatiques très tendance, la simplicité et la diversité des terroirs, des degrés alcooliques peu élevés. « Ils ont aussi une nature de hackers, de pirates qui s’illustre par l’émergence de vignobles en Norvège ou dans le Jura. Ces vins sont dans une démarche où la reconnaissance n’est pas facile mais sont prêts à l’innovation ».

L’émergence du drunch et du slunch

Fort de cette analyse, NellyRodi a rédigé un cahier des tendances, édité à 200 exemplaires et vendu 45 euros lors de Vinovision. Elle y analyse comment les vins septentrionaux peuvent répondre à six moments de consommation (brunch, déjeuner, apéritif, célébration, dîner et soirée) en tenant compte des évolutions de ces moments. « Le brunch est un moment de consommation qui est en train de muter. Il se décale dans le temps et devient le drunch (ndlr : instant de consommation réunissant le dîner et le lunch, entre 17h et 21h) ou le slunch (ndlr : instant de consommation fusionnant le goûter et le dîner, débute vers 16h) » indique Pierre-Edouard Martial. Les vins blancs septentrionaux, sans lourdeurs, ont leur rôle à jouer dans ces nouveaux instants de consommation.

Ce travail vivra également au sein de Vinovision à travers un espace baptisé le Trend Forum, où les visiteurs pourront s’imprégner de ces tendances lifestyle à travers des images, des objets… Un « Omni Parcours » est également défini. Il réunit 20 vins choisis par NellyRody car incarnant les nouvelles tendances de consommation à travers leur packaging et/ou leur marketing. Ainsi Omni sera le « fil rouge » de Vinovision, souligne Brigitte Bouchayer, de Vinovision. De quoi affirmer la baseline du salon « Refreshingly different ». Effectivement, Vinovision s’annonce différent !

 

L’édition 2017

-          400 exposants attendus

-          Quatre régions représentées : Alsace, Bourgogne, Champagne, Val de Loire

-          60 % d’exposants du Val de Loire

-          Tout type de structures présentes : caves particulières, coopératives, groupements de producteurs, négoce

-          Quelques exposants : Ackermann, Henri Bourgeois, Cave de Sancerre, Ampelidae, Compagnie des vins de Bourgundy, Vignobles et associés, Champagne Drappier, Champagne Thiénot, Champagne de vignerons, Cave de Ribeauvillé, Interbeaujolais, Bugey…

-          Cinq marchés principaux travaillés : USA, UK, Allemagne, Belgique et Pays-Bas.

-          Quelques visiteurs français annoncés : Nicolas, Leclerc, Système U, VentePrivée, Hayatt…

 
Tags : Vinovision salon

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé