Anti-phytos

Menace de mort contre les viticulteurs du Mâconnais

Mercredi 25 mai 2016 par Juliette Cassagnes

Le courrier envoyé à Jérôme Chevalier, président de l'Union des vins de Mâcon, une cartouche de fusil et une lettre de menacesLe courrier envoyé à Jérôme Chevalier, président de l'Union des vins de Mâcon, une cartouche de fusil et une lettre de menaces - crédit photo : DR
Le président des Vins de Mâcon a reçu mercredi dernier, à son domicile, des menaces de mort à l'encontre des viticulteurs. L'auteur(e) du méfait demande une réaction immédiate pour arrêter l'usage des produits phytosanitaires.

Jérôme Chevalier, le président de l'Union des producteurs de vins de Mâcon (UPVM), a eu la mauvaise surprise, mercredi dernier 18 mai 2016, de recevoir, dans la boite aux lettres de son domicile de Charnay-lès-Mâcon (71), un courrier dans lequel étaient proférées des menaces de mort. A l'intérieur de celui-ci, une cartouche de fusil de chasse, accompagnée d'une lettre anonyme. En quelques lignes, l'auteur(e) y dénonce l'usage des produits phytosanitaires, qui empoisonnent les citoyens, et menace, si rien n'est fait pour l'arrêter, « qu'il y aura un jour ou l'autre des morts chez les viticulteurs ».

« Quand je l'ai reçu, cela m'a fait bizarre, témoigne l'intéressé. Ensuite, on prend du recul... Plus qu'une attaque à titre personnel, c'est le président des vins de Mâcon, et plus largement la profession viticole, qui sont visés par ces menaces », poursuit celui-ci. Dès réception, Jérôme Chevalier a décidé de porter plainte à la gendarmerie.

Vers plus de communication

Celui-ci n'avait au préalable pas l'intention de communiquer l'affaire à la presse, mais l'information a fuité et les médias régionaux l'ont aussitôt relayée, ce dimanche. Désormais connue de tous, ce dernier a donc décidé de l'utiliser de façon « positive », en « la retournant en faveur des viticulteurs ». Il compte, « le plus rapidement possible et avec l'aval du préfet », organiser une rencontre avec les maires des communes viticoles pour lesquelles le sujet est « sensible », et y convier la presse. L'objectif : échanger sur le sujet et de son côté, saisir cette occasion pour « expliquer » les raisons des traitements, les contraintes imposées par les cadences des produits ou la météo. L'intention est de « calmer le jeu pour ne pas que la situation empire, cette problématique prenant de l'ampleur aux niveaux régional et national ».

Le Collectif « Mâconnais pesticides et santé », monté il y a quelques mois, a de son côté adressé un message de soutien à Jérôme Chevalier et «condamne fermement cet acte choquant et odieux ». Pour la Coordination rurale, cet événement est la conséquence directe de la désinformation des lobbies environnementalistes: « Ils affolent la population depuis des mois et récoltent le fruit de leur travail : une population désinformée et bouleversée qui agit de manière irrationnelle ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé