De bon augure

Les ventes de Beaujolais en GD repartent à la hausse

Mercredi 18 mai 2016 par Juliette Cassagnes
Article mis à jour le 20/05/2016 11:00:36

L'appellation Beaujolais a enregistré une croissance de 8% sur un an dans les ventes en GMS françaisesL'appellation Beaujolais a enregistré une croissance de 8% sur un an dans les ventes en GMS françaises - crédit photo : J Cassagnes
Inversion de tendance en Beaujolais : les ventes de vins, et tout particulièrement celles de l’AOP Beaujolais, repartent à la hausse en GMS françaises sur l’année écoulée.

Pour la première fois depuis longtemps, les ventes globales de vins du Beaujolais en grande distribution française* ont enregistré ces derniers mois une inversion de tendance. Pendant l’année écoulée – de mars 2015 à février 2016 – celles-ci ont progressé tant en volume (+3,2 % par rapport à la même période un an plus tôt, avec 114 000 hl), qu’en valeur (+4 %, avec 78 millions d’euros de chiffre d’affaires). Pendant les trois derniers mois, les ventes « se sont accélérées », avec une croissance de +4,2 % des volumes vendus. Les foires aux vins 2015 et les ventes en « drive » pour les crus ont également été très positives, de même que celles des Beaujolais nouveaux 2015 qui, fait nouveau cette année, ont augmenté en volume (+3 %) aussi bien qu’en valeur (+4 %).

 
Cette progression se produit surtout grâce aux ventes de l’appellation régionale Beaujolais, dont les volumes vendus sur l’année ont enregistré +7,1 % en hypers et +13,4 % en supers et, dans une moindre mesure, à celles des crus du Beaujolais (respectivement +2,9 % et +0,2 %). En revanche, l’appellation Beaujolais-villages poursuit sa tendance baissière (respectivement -7 % et -6 % en volumes). « Elles restent négatives mais le rythme de baisse est moins important que l’an dernier », tempère Anthony Collet, responsable marketing Interbeaujolais.
 
Un intense travail de lobbying
 
Mais ce qui est encore plus inhabituel est que cette hausse des ventes se produit dans un contexte global de baisse des ventes de vins d’AOP françaises en GMS : les volumes vendus dans cette catégorie enregistrent -2,2 % sur l’année écoulée. Même si les quantités de vins du Beaujolais restent faibles en termes de parts de marché par comparaison aux autres appellations, avec seulement 4 %, ces résultats sont, pour le responsable marketing, « encourageants pour l’avenir » : « Le gain de parts de marché et le développement des ventes sont possibles en GMS », assure celui-ci. Autre bonne nouvelle : le fait que la croissance se produise aussi en valeur : « Il y a de plus en plus de vins référencés à un prix supérieur à 6 € et, surtout, on ne trouve plus de prix délirants à moins de 3 €, constate Anthony Collet… On a donc la preuve qu’une croissance en volume et en valeur est possible en GMS. »
 
Selon le professionnel, les bons chiffres enregistrés seraient le fruit d’un important travail de lobbying et de proximité réalisé depuis cinq ans auprès des acheteurs et category managers des différentes enseignes. De nombreuses campagnes de « trade marketing », en d’autres termes d’animations auprès des consommateurs dans les rayons des grandes surfaces, ont aussi « certainement eu un impact sur les ventes ». À titre d’exemple, environ 500 ont été organisées en 2015, dans 250 magasins.
 
« Cette inversion de tendance est de bon augure, conclut le responsable marketing. Nous allons continuer nos efforts, en poursuivant ce que l’on a mis en place, cela fonctionne. »
 
(*données IRI)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé