L'eau et le sol

Deux éléments au cœur des préoccupations des viticulteurs

Mardi 22 mars 2016 par Christelle Stef

Hervé Hannin, directeur de l'IHEVHervé Hannin, directeur de l'IHEV - crédit photo : Christelle Stef
Aujourd’hui les viticulteurs ont pris conscience de l’importance de l’eau et du sol en tant que facteurs de production et de déterminant de la qualité.

L’IHEV et différentes Unités mixtes de recherche de Montpellier (*) ont organisé le 18 mars à Montpellier (Hérault) la 8 ème journée scientifique de la vigne et du vin. Thème retenu : La gestion du sol et de l’eau en viticulture. « La filière est demandeuse de reconsidérer ces éléments, ces facteurs de production », a insisté Hervé Hannin, le directeur de l’IHEV en introduction de cette journée. Et d’expliquer qu’à la fin du 20 siècle, ces aspects n’étaient pas franchement au cœur des préoccupations des viticulteurs qui avaient plutôt l’œil sur l’aval. « L’eau n’était pas un facteur de production prépondérant. L’irrigation, avec ses vertus, était à l’époque considérée comme un vice et son utilisation n'était pas encouragée par les politiques. Mais, aujourd’hui l’eau est devenue une ressource rare. C’est un déterminant de la qualité. Il n’y a pas de compétitivité sans rendement, et sans eau il n’y a pas de rendement. Mais, cette eau, il va falloir la gérer ».

Même chose pour le sol qui est lui aussi « un déterminant de la qualité » mais qu’on a « trop soumis à des dégradations. Il faut donc aujourd’hui le reconsidérer dans un souci de durabilité."

 

(*) Ecosol, Lepse, Lisah, System, G-eau (Irstéa) et l’unité expérimentale de Pech Rouge

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
LIRE LES COMMENTAIRES

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2016 - Tout droit réservé