AOC Côtes du Rhône

La désaffection des viticulteurs bio confirmée par les chiffres de la récolte 2015

Jeudi 18 février 2016 par Juliette Cassagnes
Article mis à jour le 19/02/2016 11:53:18

Certains viticulteurs préfèrent renoncer au bio pour pouvoir sauver leur récolte...Certains viticulteurs préfèrent renoncer au bio pour pouvoir sauver leur récolte... - crédit photo : J Cassagnes
Les chiffres de la récolte 2015 pour l'appellation Côtes-du-Rhône sont désormais connus. Ils confirment les impressions émanant du vignoble qui laissaient penser qu'un certain nombre de viticulteurs bio avaient renoncé à cette production.

La production totale de vin bio dans les deux appellations Côtes-du-Rhône et Côtes-du-Rhône villages totalise 184700 hectolitres pour la récolte 2015, contre 245520 hl en 2014, soit une baisse de 25%. La grosse majorité de la récolte est le fait de l'appellation Côtes-du-Rhône bio, qui est en nette chute: le volume récolté passe de 192400 hl en 2014 à 140100 hl en 2015, soit 52000 hl de moins.

« Cette baisse n'est pas uniquement liée au facteur rendement, précise Philippe Pellaton, président de l'ODG des Côtes-du-Rhône. On assiste également, pour la première fois depuis 2012, à une diminution du nombre des surfaces et des déclarants, traduisant une sortie des viticulteurs du bio ». Entre 2014 et 2015, la Vallée du Rhône perd en effet 1200 hectares de surfaces de vigne certifiées et 90 producteurs.

"40€/hl de moins pour le Côtes-du-Rhône bio"

Le président du syndicat se dit également « un peu inquiet » pour l'année 2016 à venir, de voir cette tendance se poursuivre : «Un certain nombre de viticulteurs bio arrivent au terme de l'engagement de trois ans fixé dans le cadre des aides « MAE », ce qui leur donnera droit d'arrêter... », précise celui-ci.

Autre signe qui montre que la tendance ne devrait pas s'inverser, tout au moins dans les trois ou quatre années à venir : les surfaces en conversion bio diminuent chaque année depuis trois ans ; elles ne pourront donc pas venir, à terme, compenser ces pertes. Pour 2015, ces surfaces ont totalisé 87 hectares et la production émanant de celles-ci a représenté 4100 hl. « Nous sommes un peu au bout des conversions... », commente le président de l'ODG.

Ces dernières années, les viticulteurs bios sont confrontés à des difficultés techniques (flavescence dorée, black-rot) et économiques : le cours des vins vrac bio, à 159€/hl, reste insuffisamment valorisé en comparaison du « conventionnel », établi à 140€/hl. « Il y a quatre ans, le premier était valorisé à 200€/hl, contre 110€/hl pour le second. Le modèle économique était donc beaucoup plus avantageux », explique Philippe Pellaton. Une partie des volumes commercialisés en vrac ne trouvent, de plus, pas preneurs, obligeant les viticulteurs à « déclasser » leur vin bio en conventionnel. « C'est donc également un problème de débouchés », ajoute celui-ci.

Graphique représentant les volumes de récoltes en Côtes-du-Rhône et Côtes-du-Rhône villages bio depuis 2012:

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
LIRE LES COMMENTAIRES

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2016 - Tout droit réservé