Cancers pédiatriques dans le vignoble de Preignac

Des médecins demandent une deuxième étude

Mercredi 14 octobre 2015 par Juliette Cassagnes

Cancers pédiatriques dans le vignoble de Preignac : des médecins demandent une deuxième étude
Un collectif de médecins demande à l'Agence régionale de santé d'Aquitaine de conduire une seconde étude sur le lien entre cancers pédiatriques et exposition aux produits phytosanitaires. Explications.

L'Agence régionale de santé (ARS) d'Aquitaine a publié en août 2015 une étude sur le nombre de cancers pédiatriques sur la commune de Preignac, en Gironde, et l'éventuel excès de cas lié aux produits phytosanitaires. « Il faut désormais passer à l'étape suivante, à savoir, conduire une deuxième étude plus poussée », estime l'association Alerte des Médecins sur Les Pesticides (AMLP), qui lui a fait savoir à travers un courrier envoyé récemment.

« La première étude de l'ARS répond en effet à trois points, détaille Pierre-Michel Perinaud, médecin membre de l'AMLP : le doute n'est pas levé quant à l'éventuel excès de cas de cancers dans la commune, l’exposition environnementale sur la zone d’étude est particulière, avec une forte activité viticole avec proximité de l’école et des habitations par rapport aux vignes, et enfin, il est prouvé d'un point de vue scientifique qu'il y a un lien entre l'exposition aux produits phytosanitaires et certains cancers de l'enfant. Il faut donc maintenant passer à la phase deux ».

Cette seconde étude consisterait à élargir la zone d'étude et à considérer une période plus longue, afin de pouvoir tirer des conclusions d'un point de vue statistique. Cela permettrait in fine de savoir si l’excès de cas est le « fruit du hasard » ou non. « On pourrait par exemple imaginer prendre une cinquantaine de communes partageant les mêmes caractéristiques que Preignac, c'est-à-dire avec des surfaces viticoles importantes, et remonter sur les dix dernières années, à partir des registres de cancers pédiatriques », explique le médecin.


Cette deuxième enquête permettrait également d'aller plus loin dans le recueil de données sur l'exposition des enfants aux produits : y en a-t-il une et si oui, quelle est-elle, à quel degré, et est-elle significativement différente des autres écoles non exposées ?


« La question dépasse Preignac, résume Pierre-Michel Perinaud. Est-ce que les enfants situés en zones viticoles connaissent un surcroît de cancers par rapport aux zones non exposées ? s'interroge celui-ci. Je ne connais pas la réponse ; si c'est non, alors on se sera affolé pour rien. Mais il faut se poser la question pour lever le doute ».

La demande écrite de l'AMLP a été envoyée il y a deux semaines à l'ARS d'Aquitaine. Les médecins espèrent une réponse favorable de celle-ci d'ici quelques semaines, l'étude en elle-même ne devant pas être "trop coûteuse" et prendre « au maximum six mois ».

 

L'AMLP est un collectif de 1 500 médecins français favorables à la réduction des produits phytosanitaires en agriculture.

 

 

[Illustration : Logo de l'AMLP]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
LIRE LES COMMENTAIRES
rol Le 18 octobre 2015 à 16:25:32
Grotesque....Qui porte à rire... A l'évidence et je vous l'ai déjà dit : vous n'avez AUCUNE experience pratique de la viticulture et encore moins sur les fautes médicales quotidiennes ; moi, j'ai les 2.... Votre inexperience ne vous autorise en aucun cas à etre insultant et j'accepte votre adjectif en sachant d'où il vient et qu'il vous est impossible de faire mieux
craoux Le 18 octobre 2015 à 15:32:06
Je constate cher "rol" que vous avez une sensibilité vraiment exacerbée dès que ça chatouille du côté de la remise en question des pratiques viticoles (utilisation des phytos en tous genres) ... Un conseil: relisez à tête reposée ce que vous écrivez .. vous verrez que ce que vous avancez vous décrédibilise tant c'est grotesque.
rol Le 18 octobre 2015 à 10:33:14
Le logo de ce "collectif de 1500 médecins"...Tete de Mort..... est parfaitement en adéquation avec leur engagement ....qui devrait davantage se porter sur les erreurs médicales qu'ils commettent TOUS LES JOURS sur +65 Millions de patients simplement par leur manque de soin , d'attention , de concentration entrainant la mort ou la souffrance par le retard ou l'erreur de leur diagnostic ....et laisser la viticulture aux soins des professionnels et se concentrer sur leur quotidien.... A titre personnel , ma famille et moi avons tous été victimes de leur manque d'application médicale ....mais cela fait plus de 30 ans que je raisonne et donc reduis mes phytos.....
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé