La mention sans sulfite, un petit plus valorisable

Vendredi 24 août 2012 par A. A.

Si la mention « sans sulfite » n'est pas un critère déterminant d'achat en soi, elle peut en revanche influer sur le prix que le consommateur est prêt à mettre. Tel est l'enseignement d'une récente étude menée aux États-Unis.

Selon une nouvelle étude publiée par The American Association of Wine Economists (AAWE), les consommateurs américains seraient prêts, en moyenne, à dépenser 0,64 dollar de plus pour une bouteille qu'ils envisagent d'acheter dès lors qu'elle mentionne « sans sulfite ».

L'étude, réalisée en mars 2012, a porté sur 223 consommateurs de vin du Colorado (Etats-Unis). On leur a demandé quel serait leur choix d'achat parmi 36 bouteilles étiquetées de façon différente afin de pouvoir mesurer l'influence du prix, du niveau de qualité (définie par les notes décernées par la revue Wine Spectator) et des mentions « vin bio » et « vin sans sulfite ».

Les conclusions sont claires : la qualité et le prix du vin sont les deux facteurs principaux qui expliquent le choix d'achat. La mention « sans sulfite » n'est pas en soi un critère déterminant pour choisir le vin. Toutefois, à qualité et prix équivalents, un consommateur est prêt, en moyenne, à payer 0,64 dollar de plus pour une bouteille qui mentionne « sans sulfite ». 34 % des sondés sont même prêts à mettre jusqu'à 1,23 dollar de plus?

On notera enfin que lorsque l'on interroge les consommateurs sur les causes présumées de la survenance d'un mal de tête après la consommation de vin, 63 % des sondés ont répondu spontanément « les sulfites ». Parmi les autres causes citées : « la déshydratation » (58 % des réponses), « le vin rouge » (33 %), les tannins (20 %), les « vins blancs » (8 %)?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
LIRE LES COMMENTAIRES

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2016 - Tout droit réservé