La fin du monde booste les ventes de vin à Bugarach

Jeudi 20 décembre 2012 par A. A.

Un négociant et des vignerons indépendants installés à proximité du village de Bugarach (Aude), censé être épargné par l'apocalypse du 21 décembre, ont eu la bonne idée de créer des cuvées spéciales « Fin du monde ». Leurs bouteilles sont parties comme des petits pains?

Elle s'appelle Irma Balaguer et coexploite le domaine d'Esperet, à Saint-Paul-de-Fenouillet (Pyrénées-Orientales), avec son frère Jean. Qu'on se rassure, Irma ne prédit pas la fin du monde pour le 21 décembre, mais elle recommande une dégustation de sa cuvée 100 % Bugarach, histoire de passer un bon moment en attendant le 22 décembre. Ce vin, une IGP Côtes catalanes 100 % merlot, a été lancé en février 2012 au prix de 5 euros TTC le col. En moins de dix mois, le domaine en a vendu 12 000 bouteilles?

Jean Pla est quant à lui négociant en vin, installé lui aussi à Saint-Paul-de-Fenouillet, situé à une vingtaine de kilomètres du désormais célèbre village de Bugarach (Aude). Lui aussi a lancé une cuvée célébrant le 21 décembre 2012. Elle porte le nom du fameux village avec ce sous-titre humoristique : « S'il n'en reste qu'un, je serai celui-là ». Il s'agit là aussi d'une IGP Côtes catalanes, mais cette fois 100 % grenache, vendu 8 euros en rouge et 6,50 euros en rosé. 17 000 cols ont été commercialisés depuis le lancement de la cuvée à l'été 2011.

Jean Pla comme Irma Balaguer connaissent bien les légendes du coin, notamment celles qui assurent que le pic de Bugarach est un lieu de rendez-vous pour les Martiens. Oui, vous avez bien lu : les petits hommes verts?

C'est donc sur ce thème qu'ils ont construit leur marketing. Une soucoupe volante figure sur l'étiquette 100 % Bugarach. Sur la cuvée de Jean Pla, la référence aux ovnis se trouve sur la contre-étiquette avec ce trait d'humour : « À boire pour vous aider à mieux communiquer avec les extra-terrestres ».

Pour la viticultrice comme pour le négociant, la fin du monde annoncée pour le 21 décembre aura eu un mérite : les faire connaître. Le site web de Jean Pla, qui était visité deux à trois fois par jours il y a quelques mois, enregistre aujourd'hui une trentaine de connexions quotidiennes? Quant au domaine de l'Esperet, il estime que la médiatisation de Bugarach lui a amené entre vingt et cinquante nouveaux clients?

Bien décidé à surfer sur l'actualité, Jean Pla a prévu le lancement d'un nouveau vin le 22 décembre : la Cuvée du rescapé, dont une partie du texte est écrite en martien? Il faut goûter pour déchiffrer?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
LIRE LES COMMENTAIRES

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2016 - Tout droit réservé