Le vent retombe pour les pomiculteurs

Jeudi 10 mars 2011 par C. F.

Jeudi 10 mars, le tribunal correctionnel de Brive (Corrèze) a relaxé, au bénéfice du doute, Franck Besse, Clément Duviallard et Daniel Delagnes, les trois arboriculteurs accusés d'avoir enfreint l'arrêté du 12 septembre 2006.

La réglementation impose en effet de n'utiliser des produits en pulvérisation ou poudrage que si le vent a un degré d'intensité inférieur ou égal à 3 sur l'échelle de Beaufort (19 km/h).

Au cours de l'audience le 13 janvier dernier, une amende de 1000 euros, dont 500 avec sursis avait été requise à l'encontre de chacun des trois prévenus. Mais les trois pomiculteurs avaient contesté l'infraction, car selon leurs constatations avec « le mouvement des branches et des herbes », ils pensaient que le vent était sous les 19 km/h réglementaires.

C'est donc pour eux un soulagement. « On essaye de travailler de la manière la plus propre possible, a réagi Clément Duviallard. De plus, il se trouve que le jour où l'on m'a accusé de traiter mes vergers, j'utilisais une solution bio à base d'huile blanche. » Il ajoute que traiter son verger avec du vent est une aberration qu'il se garderait bien de faire puisque l'on perd en efficacité. « Les produits coûtant cher, il est préférable de ne pas les gaspiller et avoir des pratiques raisonnées comme nous le faisons », conclut le pomiculteur corrézien.

En revanche, Thérésa Sainte-Marie, l'une des plaignantes, explique qu'elle n'avait aucun espoir de gagner, l?omerta étant trop forte. Mais elle estime qu'il y a eu une prise de conscience, car elle a « eu le courage de porter plainte » en mars 2010 contre ces exploitants, dont les parcelles jouxtent son domicile à Vigeois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé